Forum communautaire rôleplay de GW2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zyl
Noticed by Sempai
avatar


Messages : 2353
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs   Mer 17 Juil 2013 - 22:56

Spoiler:
 

La Bataille d'Anwenn, point de vue de Cathal, histoire détaillée.
(Les liens disséminés sont des musiques qui peuvent enrichir la lecture, il suffit de fermer l'onglet de la musique d'avant si elle n'est pas finie quand vous arrivez au lien suivant)

   Cathal était sur le pied de guerre depuis avant même la chute de Falias Thorp. L'ambiance restait bonne, néanmoins, très vivante et Rêveuse. Les habitants de ce lieu en avaient connu d'autres, des moments difficiles. Les volontaires venus pour aider la ville se composaient à présent de plusieurs sous-groupes.

   La vingt-sixième compagnie d'avant-garde des Veilleurs, composée de quinze Norns et Charrs réfugiés du front de la Fusion et entraînés par l'Instructrice Moebius, une bonne amie des Sylvaris, assignée à la ville de Cathal depuis tout ce temps, commençait même à se sentir chez elle dans le paysage de Caledon.
   Une autre Charr des Veilleurs, du nom de Gernoshan, s'était depuis lors portée volontaire pour ce front et Cypries l'avait envoyée là-bas également. Il se racontait que les défenses avaient été revues d'autant plus à la hausse, et peaufinée, que l'entrée nord de Cathal était à présent colmatée, et que la dénommée Gernoshan était passée aide de camp de la Capitaine de la vingt-sixième compagnie, comme conséquence logique de son implication et de son sérieux.
   Et d'autres volontaires avaient petit à petit rejoint Cathal. Cypries, le Chevalier Rêveur – papa-poule, avait déjà l'habitude de s'y rendre souvent, en tant que superviseur des défenses. Mais depuis quelques jours, il était carrément venu y vivre, et avec lui, plusieurs autres volontaires de la Rose et la Plume, dont son compagnon – l'un et l'autre ne se quittaient guère, de toutes façons – et les quatre Sylvaris Veilleurs normalement assignés au Bosquet. Kral Griffsanglante, Charr Veilleur de son état et compagnon d'arme de toujours de Cypries, s'était également joint au groupe.

   Avec l'aide de ses amis, Cypries s'était renseigné auprès de tous les spécialistes des Ruines de l'Invisible, discrètement. Cela incluait Ritchiki, une survivante Skritt qui avait fui les sévices du Cauchemar, qu'ils avaient soignée.
   Ce jour-là, dans la cosse où logeait la vingt-sixième compagnie, il y avait visiblement une réunion de grande ampleur. La situation actuelle laissait présager une attaque sur Anwenn, et si c'était le cas, les Rêveurs et leurs alliés ici réunis comptaient bien aller prêter main-forte à l'autre village... Tout en nettoyant, sur leur chemin, les Ruines de l'Invisible de toute présence du Cauchemar. Profitant du fait que les troupes présentes là seraient sans doute réquisitionnées dans leur grande majorité pour les besoins de l'offensive ennemie.

- Les Ruines disposent de six entrées.
   Cypries les pointa sur la carte déroulée à même le sol, au milieu de la trentaine de combattants, tous très concentrés.
- L'idée de base, c'est que tous les Veilleurs sauf Kral vont se répartir en trois groupes aux entrées nord. La Capitaine de la vingt-sixième se chargera d'une entrée, Gernoshan de la seconde, et Illien, la Veilleur qui me seconde au Bosquet, s'occupera de la troisième. Avec chacune un groupe de six Veilleurs, vous vous embusquerez et ne laisserez aucun ennemi filer.
   Les trois concernées acquiescèrent.
- Les quinze Protecteurs de Criquesable qui sont assignés au rôle de renforts mobiles ont pour ordre de faire de même à deux des entrées sud, si jamais Anwenn envoie le signal d'une attaque subie. Ce qui nous laisse une entrée.
   Il passa un regard circulaire sur Kral Griffsanglante et sur les volontaires de la Rose et la Plume : Kael, Itkyps, Jerynd et Cinnar, Calbagh et Sully. Il se doutait qu'Amynarmëh écoutait depuis le toit de la cosse... veillant en même temps au fait qu'il était le seul à écouter ainsi.
- Ce sera à nous d'agir par cette dernière entrée. Je vois deux solutions distinctes. La première, celle du bluff. Trouver un moyen de faire assez peur aux forces ennemis amoindries pour générer un mouvement de fuite vers les groupes embusqués. La seconde, celle de la finesse. Parvenir à s'infiltrer dans les Ruines, trouver un emplacement adéquat pour que nos trois archers et notre nécromant s'occupent d'aligner les ennemis sans prendre trop de risques. Dans les deux cas, ce devra être une manœuvre éclair. Une fois cela fait, nous laisserons les quatre Sylvari Veilleurs sur place, ils s'embusqueront dans les hauteurs et préviendront si le Cauchemar tente de réinvestir les lieux. Et tout le reste des troupes se regroupera et marchera vers Anwenn.
- On pourrait disposer des pièges, aussi, avança Jerynd.
- Bonne idée, si nous en avons le temps. Mais il faudra que ce ne soit pas dangereux pour la faune innocente.



- Et pourquoi pas faire s'écrouler quelques issues ? Proposa Kral.
- Difficilement, la roche est très solide, et puis ce ne serait pas discret. Même sans laisser filer aucun ennemi, le Cauchemar se rendrait compte immédiatement qu'on a agi.
- On fera quoi des Cauchemardeux ? S'enquit Calbagh, l'un des plus jeunes. On les capturera... Ou bien ?...
- Ceux qui se rendent seront menés en cellule. Comme d'habitude. Mais la plupart préfère en général fuir ou se battre jusqu'à la mort.
- Concentre-toi sur tes tirs, Cal', ça t'évitera de te concentrer sur leurs conséquences, conseilla Kael, $pragmatique$.
   Calbagh acquiesça plus ou moins, toujours en phase de réflexion intense sur ces domaines, visiblement. Puis les idées concrètes commencèrent à s'échanger. Kael suggéra d'arriver en gueulant : « ramenez les balistes, les mecs ! », Itkyps émit l'idée de placer des mannequins sur le dos des chiens de fougère pour faire une illusion de nombre, Calbagh proposa d'envoyer tout d'abord des éclaireurs... Jerynd fit l'unanimité lorsqu'il proposa de faire pousser des tourelles de graines à l'entrée, en tous cas, pour veiller à ce que nul ne fuie par là. Sa formation de jardinier allait littéralement porter ses fruits.
- Vous avez pas des têtes de Cauchemardeux sous la main, sinon ? Demanda Kral. On les expédie dans la grotte avant d'y aller, ça fait toujours son petit effet.
- Des... hein ? Cypries marqua un petit temps d'incrédulité, puis reprit : nous enterrons les dépouilles de nos ennemis tombés, nous ne les profanons pas. $Honneur.$
- L'idée serait pas mauvaise, commenta Kael, si les Cauch' étaient pas déjà complètement dingues.
   Kral soupira quelque chose au sujet des Sylvaris et de la guerre, puis Calbagh eut une idée.
- Et si on se déguisait en Cauchemardeux ?
   L'idée n'était pas mauvaise, bien que délicate. Les trois jeunes pousses du groupe peineraient à dissimuler leurs émissions dans le Rêve. Kael rebondit sur la suggestion :
- Et si on réquisitionnait une caravane du Lion Noir ?
- C'est vrai qu'ils ne touchent pas au Lion Noir. Ça leur ajouterait un ennemi, mais, est-ce qu'on pourrait vraiment « réquisitionner » ?



- Ou alors on se déguise en Gardes du Lion. On réquisitionne juste un dolyak à Mabon, comme celui qu'ils nous avaient prêté pour déplacer du matériel...
- C'est vrai que la route commerciale passe dans la partie à l'est des Ruines...
- On s'avance suffisamment, l'air de rien, on choppe un bon placement en hauteur, et là...

   Soudain, le ciel se para d'un éclat de lumière rouge. Une sentinelle équipée d'une longue-vue charr eut tôt fait de venir informer que cela provenait bien d'Anwenn. Le signal convenu pour alerter qu'ils subissaient une attaque sérieuse, confirmée comme n'étant pas qu'une simple diversion.
   Cypries assigna un Protecteur de Cathal habitué aux patrouilles dans la région à Amynarmëh, et le duo partit par un itinéraire détourné pour rejoindre Anwenn et servir de messagers entre les deux villages. Sans attendre, tout le reste des troupes réunies se mit en route vers leurs objectifs respectifs, après que Cypries ait précisé une dernière consigne :
- Si je tombe ou si je suis incapacité, c'est Kael qui me relaiera.
   En espérant intérieurement que l'homophonie avec l'autre Cael ne troublerait pas les transferts de messages...
   Le petit groupe de la Rose et la Plume, ainsi que Kral, s'empressèrent de se déguiser approximativement en Gardes du Lion. Ils fouillèrent dans les stocks de Cathal, trouvèrent une vieille peinture plus ou moins dorée, se badigeonnèrent avec... Cypries opta même pour une armure de métal pour être plus crédible, bien qu'il perdait clairement en rapidité et en habileté – deux domaines où il n'était, de base, pas bien brillant.
   Après trois minutes chronométrées de préparation, le groupe ressemblait, de loin et dans la nuit, à un détachement de la Garde du Lion. Ils n'avaient plus qu'à espérer qu'il faisait assez sombre dans les Ruines... Et que leurs ennemis étaient un peu myopes. Voire beaucoup. De toutes façons, le subterfuge n'était pensé que pour leur faire gagner quelques dizaines de mètres.


(Le cosplay de Gardes du Lion le plus vite fait et le plus loupé de tous les temps)

   Ils rejoignirent Mabon au pas de course, où les Protecteurs furent au bas mots surpris, et discrètement amusés, par leur mise à la peinture même pas sèche. La moitié du groupe dut rendre service au chercheur Widd, le propriétaire du « porteur intermédiaire pileux » que la compagnie souhaitait emprunter. Il leur fallut récupérer quelques spécimens expérimentaux en fuite pour entrer dans les bonnes grâces de l'Asura, pendant que le reste du groupe harnachait déjà le dolyak, remplissait ses sacs de cailloux et peignait dessus des symboles du Lion Noir plus qu'approximatifs. Calbagh, doué avec les animaux, se chargea de mener le dolyak et de le faire prendre la fuite lorsqu'il le faudrait. Kral suggéra de piéger le dolyak d'explosifs, mais les Sylvari espéraient que la pauvre bête puisse s'en tirer en vie.
   Toujours était-il qu'en même pas un quart d'heure, toute la stratégie concernant les Ruines étaient déployée, et nos vaillants Rêveurs-Gardes du Lion se trouvaient à l'entrée de la « grotte », où Jerynd s'occupait de faire discrètement pousser quatre tourelles de graines. Puis le groupe fit un crochet vers le centre des Ruines, en essayant d'adopter une formation qui ressemblait à celle des convois du Lion Noir, parlant à voix haute de « profiter de ne pas être pressés pour chercher s'il restait des reliques du campement asura qu'il y avait là », et commentant entre eux, à voix très basse, à propos des guetteurs du Cauchemar qu'ils repéraient... Et ils en repérèrent plusieurs silhouettes, en haut d'au moins deux arbres, d'une tour en ruine, et embusqués sur un surplomb rocheux. Les chiens de fougère étaient d'une grande aide pour cela, bien que Jerynd se révéla particulièrement sensible pour déceler les présences dans le Rêve.


(Il faut imaginer le dolyak au milieu de la formation)

- Si ce plan fonctionne, je vous offre un jus de fruit à tous, souffla Cypries.
- Même pas de gâteau ? S'enquit tout aussi discrètement Calbagh.
- Si. Un gâteau chacun, même.
- J'ai hâte, alors, articula Itkyps, presque sans bouger les mâchoires.
   La situation devenait épineuse. L'ambiance était pesante. Ils se sentaient observés de toutes parts. Ce n'était plus qu'une question de secondes avant que le subterfuge ne soit percé à jour...

- Kael, c'est toi l'enseignant en tir à l'arc, tu nous choisis MAINTENANT où on se place pour démarrer la bataille de manière avantageuse, murmura Cypries, le faux-Capitaine de la Garde du Lion. Sinon, on se sera juste engouffrés dans leur traquenard.
- On a un couvert, le petit muret à droite, répondit l'intéressé en désignant discrètement. Faudra se planquer bien contre. On aura pas le temps d'atteindre les positions hautes...
- Et j'ai l'impression qu'ils possèdent déjà la plupart des positions hautes.

   Kael, Itkyps, Kral et Jerynd, allèrent faire mine de fouiner vers le muret en quête d'artefacts... Laissant le temps à Jerynd d'y planter discrètement quatre nouvelles tourelles de graine, pour défendre leur future position.
   Une conversation à deux niveaux s'échangeait entre les Rêveurs :

- *Fort* Alors, euh... Gardes. Ça avance, les fouilles ? Lança Cypries à voix haute pour continuer de maintenir leur fragile subterfuge, observant les environs, guettant tout geste qui trahirait une prise d'initiative de leurs adversaires.
- *Fort* Oui m'sieur !
- *Fort* Oh, j'ai trouvé un truc ! Ah, euh, un os de Skritt.
- *Fort* Tu pourras toujours en faire une flûte ! Plaisanta Kral.
- *Fort* Et là regardez ! Une... cuillère !

   Pendant ce temps, à voix nettement plus basse, entre Calbagh et Cypries :
- *Bas* Calbagh, dès qu'ils sont prêts, fais fuir le dolyak et on les rejoint.
- *Bas* On sera pas exposés à ce moment-là ?
- *Bas* Très. Tu resteras près de moi. Je nous couvrirai de mon mieux. Envoie Sully les rejoindre...
- *Bas* Oui...

   Et à voix haute, quelques minutes plus tard :
- *Fort* Et vous êtes, euh.. PRÊTS ? À Repartir ? Demanda Cypries en insistant bien sur le « prêts ».
- *Fort* Ouais ! PRÊTS !
- *Fort* Kral, protège-les ! Calbagh, MAINTENANT !

   Tout se passa très vite.

   Kael, extrêmement réactif, se redressa et tira la première flèche, qui se planta dans la silhouette inquiétante planquée très en hauteur, sur un promontoire rocheux. Calbagh casa une tape sur l'arrière-train du dolyak qui repartit en courant vers ses maîtres, puis Cypries plaça son bouclier de manière à protéger la jeune pousse, et ils s'élancèrent vers le muret. L'ennemi, pas si myope que ça, s'était cependant préparé à agir, car leurs flèches fusèrent immédiatement après celle de Kael, visant les deux Rêveurs les plus exposés. Calbagh sauta par chance par dessus le premier trait, le suivant se planta avec un « chtonk ! » sonore sur le bouclier de Cypries, mais le troisième provint d'un angle moins attendu et se planta dans le bas du haubert de mailles du Chevalier Veilleur, au niveau de sa cuisse gauche. Ne le blessant heureusement que superficiellement. Les deux parvinrent juste à temps à plonger sous le couvert d'un sanctuaire de magie protectrice que Kral forma autour du groupe, en râlant sur le gaspillage de magie autrement que pour l'offensive... Pile au moment où commença à s'abattre une pluie de boules de feu sur la zone.
   Les Rêveurs profitèrent de cette première salve essuyée dans trop de dommages pour localiser leurs ennemis. Itkyps repéra l'élémentaliste ennemie, une Sylvari juchée en haut de la tour en ruine et protégée d'un bouclier arcanique. Il invoqua sur elle un essaim d'insectes. Les tourelles de graines lancèrent leurs premiers projectiles... mais sans l'amplitude suffisante, n'ayant pas encore atteint un assez bon stade de maturité. Jerynd tira au hasard dans l'essaim d'insectes qui avaient suffisamment amoindri le bouclier de la magicienne, visiblement, car la flèche du jeune rôdeur arracha un cri de douleur à l'ennemie.
   Le groupe était parvenu à se positionner de manière à peu près propice et à entamer les hostilités d'une manière presque contrôlée, mais cela suffirait-il pour faire face au guet-apens dans lequel ils se s'étaient plongés ? La situation, délicate au bas mot, allait-elle tourner au drame ?


Dernière édition par Zyl le Ven 18 Avr 2014 - 12:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zyl
Noticed by Sempai
avatar


Messages : 2353
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs   Mer 17 Juil 2013 - 22:57

[Point de vue d'Annwenn !]

Cappaeriel, aux ordres du Capitaine Anaig d'Annwenn, la dirigeante de tous les efforts militaires sur place, s'était chargé d'assister stratégiquement les forces postées au Sud du village, de la plage jusqu'aux marais. Lui-même, armé de la Diplomatie, le canon charr modèle "Perce-Chêne" créé par Ash Steelfury, s'était posté dans les hauteurs avec un groupe d'archers. Ce fut le Sud qui le premier réagit à l'arrivée des troupes du Cauchemar, en provenance directe du Bosquet de Marchesaule... la sinistre voix, déformée par mégaphone, de Nëmfall, le Baron Fallacieux, avait résonné dans les marais, et les courtisans s'étaient mis en marche. Ce fut donc à ce moment, une fois l'attaque confirmée par l'oeil et l'ouïe, que le guerrier Protecteur, sans porte-voix, cria l'alerte au nom de ses guetteurs, et que vola la première fusée de détresse écarlate, haut dans le ciel, éclatant bien au dessus d'Annwenn, visible dans tout le Nord de Caledon.

La bataille commençait ainsi. Au Sud, les troupes du Cauchemar adoptèrent une tactique d'affaiblissement des défenseurs par des salves de sortilèges à longue portée. Une autre troupe de courtisans arriva rapidement en visuel un peu plus au Sud-Ouest. Le temps de faire chauffer la colle des deux canons hyleks postés derrière les barrières, c'était, côté plage, une bataille à distance qui s'engageait, entre salves de flèches et graines de mortiers et salves de sorts... rapidement, les mortiers Rêveurs furent mis en pièces par l'artillerie magique, trop fragiles pour résister longtemps. Les mages du Rêve ne chômèrent pas non plus, protégeant et assistant au mieux les archers qui, toujours en hauteur, peinaient malgré des pertes ennemis à les ralentir suffisamment. Le bruit assourdissant de la Diplomatie se fit entendre, et heureusement : une charge de guerriers courtisans et d'enveloppes Cauchemardesques arrivait droit en direction du mur de la plage ! Une bonne partie d'entre eux chûtèrent toutefois dans les pièges disposés sous le sable : de grandes fosses dissimulées par des feuilles recouvertes de sable, au fond desquelles des graines de mortier explosives faisaient office de mine. Les enveloppes, trop lourdes et lentes, ne résistèrent pas au piège.

Le Cauchemar eut toutefois l'occasion de faire lui-même usage d'une arme secrète : des grenades lacrymogènes, lancées en parabole sur les archers des hauteurs afin de les paralyser. Blessés aux yeux et incapables de poursuivre plus longtemps leurs volées de flèches, les archers durent donc se replier à l'intérieur de Cathal, là où demeuraient encore les mages et fantassins du Rêve. Très peu de pertes sylvari, mais les Protecteurs savaient que la brèche serait imminente sur le mur côté plage...
Pendant ce temps, dans les marais, les canons hyleks bombardaient à distance la deuxième compagnie du Cauchemar aperçue, qui semblait se diriger vers le front Ouest, conjointement avec une compagnie venue de l'extrême Ouest et une venue du Nord... la tactique semblait claire : le Nord, déjà, avait perdu des troupes plus rapidement que le Sud, et les courtisans semblaient pressés de s'engouffrer dans la brèche. Si le mur de la plage tout au Sud cédait, les Protecteurs seraient ainsi rapidement pris en tenaille. Il restait des Protecteurs à Cappaeriel, presque toutes ses troupes à l'exception de deux braves, mais peu de temps pour réfléchir. Les canons à glu furent donc tournés vers l'intérieur, et leurs munitions tirées devant les barrières de ronces, afin de prévoir le ralentissement des troupes adverses. Mais si le Nord était en phase de tomber, se masser aux murs du Sud ne servirait plus à rien. Les yeux encore gravement irrités par les lacrymogènes, Cappaeriel fit sonner, pour "ses" troupes, le cor du rassemblement, songer à l'évacuation devenait une nécessité, tant que les morts n'étaient pas trop nombreux pour empêcher toute couverture possible. Une fusée jaune vola de l'Ouest et explosa dans le ciel, confirmant ses craintes.

Fort heureusement, les volontaires de la Rose et la Plume, accompagnés de Protecteurs de Brigid qui n'avaient dans ce combat que la vocation de protéger les civils, avaient déjà commencé à préparer l'évacuation : des blessés et civils avaient été ramenés à Kraitban, tandis que les bateaux camouflés avaient été sortis et arrangés. Les yeux trop fatigués pour continuer, toutefois, Cappaeriel rendit la coordination des troupes Sud à un des Protecteurs les plus aguerris parmis les fantassins, avec la consigne expresse de saboter les deux canons hyleks dont ils avaient la charge, avant de se replier, pour que l'armement ne tombe pas entre les mains du Cauchemar. Ce fut là le dernier conseil de Cappaeriel pour la bataille. Il rejoignit l'évacuation par bateaux, y jeta son canon portatif, et ce fut à coups de haches et à demi aveuglé qu'il défendit les abords de la plage, aux côtés de ses frères. Terrifié, certainement, handicapé, les yeux pleins de larmes qui étaient autant celles du poison que celles de la rage et de la tristesse.

Mais il n'en demeurait pas moins, il avait protégé ses hommes, il avait protégé les civils, il avait protégé, autant qu'il avait pu, et le moment de partir était imminent. Ils abandonnaient ; ils n'abandonnaient pas sans pertes chez Cauchemar. Comme un mantra, l'idée se répétait dans la tête du guerrier. Couvrant le reste, l'aidant à se focalsier sur les coups qu'il portait aux infiltrés.

Alors il demanda, au plus rapide des messagers qui alternaient entre le front et la plage, de prévenir le Capitaine Anaig, que le dernier bateau allait partir, et qu'il fallait achever de se replier.
La réponse qu'on lui donna lui glaça la sève autant qu'il la lui fit bouillir. Anaig hurlait de se rendre ? Anaig avait été capturée, Anaig avait été terrassée par l'ennemi et la panique, et Anaig terrifiée ordonnait... de se rendre ? Un goût amer lui monta à la bouche. La bataille était finie pour elle. Elle était perdue. Il jeta un regard fatigué vers le centre d'Annwenn, hurla un ordre. Il avait relégué le commandement, quand le gaz l'avait incapacité. Il n'avait jamais été là que pour seconder le Capitaine. Mais si le Capitaine était tombé, il fallait bien que quelqu'un tranche. En l'occurence, ce fut son bras qui, après avoir arraché le messager au sable de la plage, pour le jeter au milieu de l'embarcation, trancha les amarres d'un coup de haches, et hurla une dernière fois avant que sa voix ne meure.


"TOUTES VOILES DEHORS ! ANNWENN EST TOMBE ! REPLI ! ARCHERS, COUVREZ LA PLAGE !"

A l'aveuglettes, il banda son arc, maintes et maintes fois. Annwenn était un tableau abstrait. Il percevait, par le Rêve, l'exultation des courtisans... la douleur des Rêveurs. Il voyait les tâches brûlantes du feu sur le village, et c'était là que ses aiguillons aveugles tombaient. Ils continuèrent de tomber alors que la rive s'éloignait, inutiles, mais ne savait-on jamais...

Il y eut du silence sur la rivière, jusqu'au Belvédère de Brigid, son souffle lourd et ceux de ses compagnons pour seul bruitages. Il était amer. Une bataille était toujours amère, même une victoire, alors une défaite... au moins, il se consolait, comme il pouvait, sachant que lui avait fait tout ce qu'il avait pu pour protéger ceux qu'il avait guidés. Et que les civils avaient été sauvés. Le repli à l'Ouest avait été trop lent, et Anaig avait cédé sans même résister. Mais lui, il avait fait ce qu'il pouvait. Il soupira. Cela ne l'aidait pas à se sentir bien, mais au moins, cela l'empêchait de se sentir trop mal.

Deux coeurs pour un sylvari : pour ses amis, un coeur tendre et chaud comme de la cire, pour ses ennemis, un coeur dur et froid comme le diamant. Et malheur, rééellement, malheur à qui laissait son coeur devenir trop tendre au sein du combat. Il secoua la tête. Anaig n'aurait pas dû réagir ainsi.
Tant pis. Il avait d'autres préoccupations pour le moment, des qui demandaient encore son coeur dur. Tout le monde avait-il bien débarqué à Brigid ? Pas de pertes dans les bateaux ? Envoyer un oiseau discret à Kraitban, par le passage des eaux, pour leur demander de faire état de leurs pertes. Et leur demander un rapport sur l'état d'Annwenn saccagée. Envoyer un messager chez les Zopatl, leur renvoyer leurs braves, et les condoléances pour ceux de leurs braves qui n'avaient pas survécu. Envoyer un messager à Cathal pour leur annoncer la nouvelle dans ses détails, demander des nouvelles du groupe de renforts. Coordonner, compter les réfugiés et les Protecteurs, monter les infirmeries, envoyer un messager au Bosquet, repousser qui voulait inspecter ses yeux, pas encore le temps. La bataille était finie depuis un temps, la guerre, elle, demeurait perpétuelle.
Cappaeriel s'écroula dans une couchette de fortune quelques heures plus tard. Les maîtres guérisseurs avaient pris le relai aux soldats, en matière d'ordres. Il dormit longtemps, et sans rêver.

_________________

Stered des Phalènes - Astronome Anarchiste
Janus le Fol - Fée Fabuleuse
Gahr de l'Ouest - Double Droite
Vée - Combattante Clone
Liuaith - Flamme Fatale

Ainsi que:
 

Revenir en haut Aller en bas
Astval au Corbeau

avatar


Messages : 19
Date d'inscription : 15/10/2012

MessageSujet: Re: [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs   Mer 17 Juil 2013 - 23:05

Anwenn


 Tout semblait se dérouler dans des conditions idéales, si tant est qu'une guerre pour défendre son foyer et les siens peut se dérouler tel quel. Mais au début, tout se passait selon les estimations, les tourelles s'étaient avérées extrêmement efficace, et les cris de douleurs se firent d'abord entendre du côté de la Cour.

 J'étais occupé dans le groupe bloquant l'accès à Kraitban, et ce groupe devait servir aussi bien de renfort que d'aide pour la retraite si les eaux étaient bloqué et la guerre perdue.

 Mais la guerre ne s'avérait pas perdu... Pas pour le moment... Sauf, que nous n'étions pas prêt... Absolument pas près à ce qui s'amenait.

 Les archers sur les hauteurs furent les premiers à les apercevoir. Des prisonniers, une vingtaine, pleurant et suppliant de se faire aider... Sauf que c'était impossible, ils étaient tous munis de bombe. Les archers tentèrent de les fuir, refusant de tuer ceux qui auraient pu être leurs amis, leurs amants et étaient bel et bien leurs frères, des frères Rêveurs.

 C'est là que le deuxième drame débuta, des bombes, en grand nombre furent lancées afin de décontenancer nos troupes, la lacrymogène affectant aussi bien leurs yeux que leurs autres sens. La guerre était là, et elle ne serait pas jolie.

Mais nous étions encore bien loin du compte, très loin, et les prisonniers ne tardèrent pas à s'élancer sur les murs, et... A exploser. Bientôt, le plus grand mur que nous aillons construit finit avec une énorme brèche, les défenses étaient détruites, et mêlées à ce que je peux appeler une bouillie, une bouillie de nos frères et sœurs morts.

 C'est à ce moment là qu'avec le groupe, nous avons décidé de nous rapatrier vers le village, et d'aider à l'intérieur afin de repousser les ennemis... Mais ce que nous y avons vu fut trop pour moi... La peur, la crainte, la souffrance, tant d'émotions au sein des pauvres blessés, tandis que l'armée de la Cour continuait inlassablement d'avancer, toujours plus nombreuse, enjambant aussi bien les nôtres que les leurs, se moquant bien de la peine et de la souffrance.

 J'ai alors pris une décision, j'ai lancé la fusée de retraite, puis ai demandé à mon groupe d'aider les blessés, de les rapatrier à Kraitban tandis que certains autres devaient continuer de se battre, non pas pour gagner la bataille, mais pour gagner du temps.

 Et c'est ainsi que la bataille pour la fuite commença.
 Nous étions en sous-nombres, et bien qu'extrêmement vaillants, nous ne pouvions donner que peu de temps à nos amis. Nous nous sommes ainsi battus, comme nous le pouvions, et j'ai vu nombres de mes frères tomber, tandis que moi-même je combattais..

 Au final, je pense que nous avons réussi à sauver le maximum de personnes, mais ce fût rude, et non sans sacrifice, j'écris ces mots de Kraitban, mon bras cassé me donnant un goût amer dans la bouche... Je crois que je ne suis pas près d'oublier ce jour, ce jour où nos terres furent récupérées par la Cour... Le Cauchemar avance, inlassablement, et nous sommes bloqués chez des êtres préférant l'argent au devoir....
Astval.


Dernière édition par Astval au Corbeau le Jeu 18 Juil 2013 - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zyl
Noticed by Sempai
avatar


Messages : 2353
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs   Mer 17 Juil 2013 - 23:17

[Version Too Long ; Didn't Read]

Une bataille enragée a opposé les Protecteurs d'Annwenn, dirigés par le Capitaine Anaig, aux troupes du Cauchemar guidées par Cynapium, Comte des Supplices. Après une percée au Nord-Ouest du village, il est devenu évident que les courtisans ne pouvaient pas être repoussés ; l'éventualité ayant été préparée de longue date, le village a été évacué rapidement, les survivants se trouvant actuellement retranchés au fort de la Garde du Lion de Kraitban, ou, pour ceux qui ont été évacués par bateau, au Belvédère de Brigid. En parallèle de cet évènement, un groupe de Rêveurs issus de Cathal ont nettoyé les Ruines des Invisibles de la présence courtisane qui les polluait depuis un moment, mais leurs renforts sont arrivés à un stade trop avancé de la bataille pour pouvoir venir en aide directe à Annwenn.
Le Capitaine Anaig (brave mais pauvre pnj) a été capturé, et Annwenn incendiée et prise par la Cour. En revanche, on compte assez peu de prisonniers, l'évacuation ayant été mise en place prestement.

_________________

Stered des Phalènes - Astronome Anarchiste
Janus le Fol - Fée Fabuleuse
Gahr de l'Ouest - Double Droite
Vée - Combattante Clone
Liuaith - Flamme Fatale

Ainsi que:
 

Revenir en haut Aller en bas
Rozo

avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs   Ven 19 Juil 2013 - 14:36

(Suite de ce qui s'est passé aux Ruines des Invisibles)

Dans les Ruines des Invisibles, la mission auraient pu se dérouler mieux.
Protégé par un muret de pierre en ruine, les Rêveurs et leur ami Charr tentaient de reprendre le contrôle de la situation.



Le risque le plus direct était cet archer embusqué en haut d'un arbre. Il fallait l'en déloger pour ensuite s'occuper des Courtisans sur la tour désormais derrière eux.
La première decision fut d'envoyé Kral frapper à coup de marteau le tronc pour le faire tomber, mais le Cauchemardeux tenait bon.
Itkips utilisa ensuite un tour de nécromant. Il projeta une griffe spectrale qui agrippa l'ennemi et le tira violemment en avant. Il atterrit aux pieds des Rêveurs totalement éberlué.
En un instant, Jerynd ordonna à Cinnar d'attaquer. Le chien sylvain sauta à la gorge directement du Courtisant pour en finir rapidement. Mais il ne parvint qu'à attraper son avant-bras qu'il secoua pour faire lâcher prise au molosse. Jerynd réfléchit un instant, l'espace d'une demi-seconde, sortit sa dague et visa la gorge également.

"- Le touche pas Cauchemerdeux !

Mais, sous la pression sans doute, il frappa seulement l'épaule. Juste ensuite se passa ce qu'il voulait éviter, Calbagh sortit lui aussi sa dague et acheva d'un coup net l'ennemi.
L'émoi de Calbagh se fit sentir instantanément dans le Rêve. Il avait agit comme l'enseignait Ventari. Son action avait évité toute une future avalanche de souffrances qu'aurait pu infliger cet être déchu. Les autres Rêveurs tentèrent d'apaiser le Rêve de Calbagh, car rien n'était fini.

Le combat se poursuivit.
Plusieurs des Rêveurs sentirent une présence froide s'enfuir vers le nord puis, plus rien d'un coup. Le Courtisan était sans doute mort pour que soit aussi brutal.
Qui donc avait pu le tuer ? Un animal sauvage ? Non c'était visiblement Amynarmëh qu'ils aperçurent ensuite un peu plus loin. Visiblement il avait vu la difficulté de ses Frères et avait entreprit de leur filer un coup de main au passage. Il en abattit un second une balle dans la tête.

Les tourelles de mortier firent une nouvelle fois feu. Deux touchèrent le haut de la tour, les deux autres manquaient encore de maturité.
Puis l'élémentaliste que Jerynd avait touché à l'épaule réapparut, levant les mains une nouvelle fois malgré sa blessure.
Le sol se mit alors à trembler sous la troupe qui eut tout juste le temps de fuir. Calbagh sauva in extrémis Itkips en l'attrapant par le sac. Tous sauf Cypries.
Le sol gronda plus fort et d'un coup la terre commença à avaler le Veilleur sous les yeux incrédules de ses compagnons qui ne savaient quoi faire.

"- Abattez la !" Leur intima Cypries qui tant bien que mal tentait de dissimuler la douleur qu'il ressentait.

Oui il fallait faire vite. Le sort de terre avait anéantit les tourelles de mortier. Tandis que Kral et Itkips tentait de dégager Cypries les autres Rêveurs, firent feu.

L'élémentaliste tomba finalement, Kael l'abattant d'une flèche en pleine de tête.

En définitive, petit à petit, les Ruines des Invisibles furent enfin purifiées.

Les renforts pour Annwenn pouvaient donc avancer.
Mais quand ils arrivèrent enfin, la ville était déjà en flamme. Ils étaient arrivés trop tard. Et c'est impuissant qu'ils durent faire demi tour.

La ville était perdue mais qu'avait gagné la Cour ? Un tas de cendre indéfendable. Le maximum de vie avait été épargnés. Les Ruines avaient nettoyées. Tout bien considéré le bilan n'était pas si désastreux. Les choses auraient pu être bien pire.
De plus ils avaient révélé leur cruauté n'hésitant pas à se servir de bombes-sylvari vivantes, de gaz. C'était donc ça l'avenir qu'ils proposaient aux Sylvaris ? De nombreuses jeunes et moins jeunes pousses seraient surement choqués d'apprendre tout cela.
En outre face au Cauchemar ce n'était pas que les Rêveurs qui s'étaient dressés, Hyleks, Veilleurs, Skritts s'étaient joint à la bataille car ils savaient eux aussi quels étaient les enjeux. Une telle alliance multiraciale ! Ronan et Ventari auraient été fiers d'eux. Le Cauchemar lui était seul et de par sa nature il le resterait.
Ils ne construisent rien, ne font que détruire.

_________________
- Jerynd (Sylvari Protecteur de la Gardesonge, élève-professeur à la Rose et la Plume)
- Zaézoum (Sylvari électrique recrue des Veilleurs et future générale, élève à la Rose et la Plume)
- Yllyomyn (Sylvari envouteur fainéant) Alchimiste envouteur de Criquesable, créateur de toniques, labo du Crabe Enjôleur.
- Aderbahal (Sylvari du Cauchemar zélote, Chevalier prédicateur errant.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

[ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ARCHIVE RP]La bataille d'Annwen, côté Rêveurs
» Artillerie durant la bataille des Ardennes (1944)
» [hf] bataille des canonnières - je suis sur un bateau
» Bataille à la Couronne de Glace [Récit à compléter]
» Bataille en Albion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GW2 RP :: Organisations & Guildes :: Maguuma :: Sylvaris : Rêve et Cauchemar :: Archives du Bosquet-