Forum communautaire rôleplay de GW2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Cercle des Mages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nimrod

avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Le Cercle des Mages   Dim 30 Nov 2014 - 16:58

Le Cercle des Mages




Contexte et orientation de la guilde :

   Par où commencer ? Par ce projet, nous souhaitons avant tout permettre un développement du RP mage en général. De ce fait, l'idée première est d'organiser ici un rassemblement d'utilisateurs et de passionnés de Magie, dans le but d'échanger, de communiquer, ainsi que de partager son point de vue, son avis sur celle ci.
Voyez cela comme une communauté se réunissant afin de penser et philosopher sur la Magie ( les créations dont elle est la source, les destructions, ses potentielles applications... ), puis de la pratiquer ensemble une fois une certaine maturité acquise ( au sein de la guilde, j'entends ).

   Ce n'est en rien une académie, ni un ordre officiel ou encore une organisation sectaire, ainsi il n'existe aucune hiérarchie propre à ce cercle. Chaque membre y est l'égal de l'autre, la cohésion du tout étant maintenue par le respect et la tolérance. De plus, RP parlant "Le Cercle des Mages" n'a pas encore été créé, laissant nos personnages le construire.

   Au départ, ce projet se traduira par des réunions sporadiques afin de mieux se connaitre, instaurer un lien de confiance réciproque, et de déterminer la voie à suivre.
Pour notre vision à long terme, nous comptons interagir plus ou moins directement avec la communauté en général, soit en tant que simples conseillers, en allant jusqu'à rendre des services préalablement demandés ( après bien sûr avoir jugé de la légitimité de ceux ci ).

   Concernant sa "popularité", ce rassemblement n'est en rien secret ou occulte, néanmoins nous ne nous pavanons pas sur les pavés d'une capitale en y hurlant notre appartenance.




Possibilités d'appartenance :

   Tout d'abord, il est évident que votre personnage doit avoir une certaine maîtrise dans le domaine magique où il/elle officie. Nous considérons qu'un simple élève ou apprenti ne dispose pas assez de maturité et de recul vis à vis de la magie et de ses applications pour s'intégrer et apporter quelque chose de constructif.
   
   Concernant les différents domaines de magie correspondant à la description de cette communauté :
   
        -Magie de l'illusion, fantasmagorique & envoûtement.
        -Magie élémentaire.
        -Magie arcanique.
        -Magie de conjuration/invocation, et alchimistes.
       -Érudits.
       
   Les mages adeptes de la nécromancie étant parfois affiliés à la démence ainsi qu'à des actes malsains et prohibés, il faudra plus de temps afin de pouvoir décider de leur "acceptation". ( Il ne s'agit donc pas ici de la nécromancie à proprement parler, mais de ses utilisateurs).


  De plus il n'existe pas de ségrégation à l'encontre des cinq grandes races de Tyrie, toutes sont acceptées.





Informations supplémentaires :

   Peut-être que ce post peut vous paraître flou, imprécis dans son contenu, voire incomplet. C'est là notre volonté, afin de ne pas offrir une guilde aux buts précis, et dont l'évolution serait scriptée, mais justement tout l'inverse, c'est à dire que ce sont nos personnages qui au fil du temps vont définir ensemble les objectifs à atteindre, ainsi que les actions à accomplir.
Ne voyez pas en ce post un élan de mégalomanie aiguë, ou de quelconque condescendance, voulant contrôler avant tout.      
   Notre premier but est d'abord de se lancer dans ce projet afin de se divertir, de découvrir, tout en développant le RP mage (que je trouve personnellement peu exploité) en créant interactions, organisation et animations.



Contact IG :

  Si vous désirez vous joindre à nous, prendre simplement connaissance de plus amples informations ou encore d’émettre des critiques à l'encontre de ce projet, vous pouvez nous contacter sous les pseudos suivants :

-Nimrod Lovecraft
-Elizabeth Orran


Dernière édition par Nimrod le Mar 2 Déc 2014 - 0:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Francis Kuntz
Dinivité Créatrice
avatar


Messages : 2475
Date d'inscription : 03/08/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Dim 30 Nov 2014 - 18:06

J'aime bien ce projet. Bon courage, peut être que j'enverrai un perso ou deux vous accrocher ^^

_________________
C'était Francis Kuntz pour Groland.con
Revenir en haut Aller en bas
Edora

avatar


Messages : 108
Date d'inscription : 28/08/2014
Age : 33

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Dim 30 Nov 2014 - 18:19

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nimrod

avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Dim 30 Nov 2014 - 18:57

@Néa' : Merci et en espérant te croiser IG dans les temps à venir dans ce cas !

@Enora : Oui en effet nous ne doutons pas de la sagesse et de la bienveillance de certains nécromants, néanmoins j'ai pu ( personnellement ) constater que beaucoup de ces derniers franchissaient assez facilement la frontière entre pratiques autorisées/prohibées, certains finissant parfois dans l'obscène et le sur-étalage d'horreurs en tout genre. Cette phrase avait pour but de montrer que nos personnages expriment juste des réserves concernant ceux ci, mais nous ne faisons en aucun cas une généralité.
J'espère avoir répondu clairement à ta remarque.
Revenir en haut Aller en bas
Fable

avatar


Messages : 316
Date d'inscription : 15/11/2014

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Dim 30 Nov 2014 - 19:07

Comme Néa, je m'aventurerai peut être dans ce projet dans quelques semaines ^^
Revenir en haut Aller en bas
Oreliana Irions
Architecte du Silence
avatar


Messages : 260
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 1 Déc 2014 - 3:36

J'ai pris le soin de discuter avec Elizabeth quand a ce projet qui m'interesse. Apres quelques discutions, je vous laisse en aviser entre vous deux. Si "Nimrod" souhaite me contacter egalement a ce sujet (etant visiblement l'instigateur de la structure a forger), je reste disponible par MP ou directement en jei.

_________________
Oreliana Irions (Principal) - Emeria Irions - Elora Irions - Grondar Brûlefeu - Adashan - Eilenn - Kalian Valencia - Leena Chassebrume - Kaïsi
Revenir en haut Aller en bas
Mijika
Rat Queen
avatar


Messages : 4299
Date d'inscription : 11/03/2013
Age : 29

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 1 Déc 2014 - 5:00

Ah... D'accord. ^.^
Je me demande d'où vient cette formidable idée... Wink

Peut-on m'expliquer pourquoi vous n'avez pas participé à ce sujet ?
Ne serait-ce que pour vous manifester quant à une future guilde s'ouvrant à toutes les écoles de magie dans le même concept ?

Y a déjà trop peu de personnages/joueurs qui portent un regard approfondi à la magie.
Si en plus ça fait des choses similaires chacun dans son coin.

A part diviser d'avantage les quelques impliqués et intéressés. ;o

_________________
Joyeux Noël à toutes et à tous et bonne année 2016 ! Sauf à Kjarllan
Revenir en haut Aller en bas
Nimrod

avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 1 Déc 2014 - 6:34

Bonjour Mijika.

       Alors oui tout d'abord je tiens à préciser que j'avais déjà parcouru ( je ne parle qu'en mon nom ) ce sujet dont tu en étais l'auteur, et que je l'ai trouvé très intéressant d'un point de vue organisation du RP mage. Néanmoins il m'avait semblé comprendre que cela n'était destiné qu'à regrouper les gardiens sous forme d'un conseil, similaire à celui décrit dans ce post. Quant à la raison pour laquelle nous ne sommes pas intervenus, elle est très simple. J'ai pu remarquer une prédisposition aux débats sans fin dans cette section concernant ce genre de projets, ajouté à cela une multitude de messages visant à troller, écartant la discussion du réel sujet et ce dernier au final n'aboutissant sur rien.
        J'ai donc jugé personnellement qu'annoncer à vive voix ce projet de guilde sur ce post en particulier ( ce qui de plus aurait été en décalage avec le sujet que tu avais établi ) n'aurait pas été d'une grande utilité. Néanmoins nous nous manifestons maintenant même, pour reprendre tes mots, par cette présentation. Je rappelle aussi que IRP cette guilde n'a pas encore été créée, laissant les différents personnages intéressés l'organiser.

        En outre c'est avant tout une activité destinée à la communauté jouant le RP mage. Ses membres sont libres, et vivent leur propre vie à côté. Il ne faut surtout pas voir ce projet de guilde comme délimité par une paroi imperméable, complètement opaque à toute autre interaction avec les autres.

       Justement je serai ravi de pouvoir discuter avec toi afin d'échanger nos points de vue, nos attentes ( similaires ou différentes ? ) concernant l'évolution de ce type de projet, ainsi que d'établir des liens.
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mar 18 Oct 2016 - 19:45

Abondance Arcanique




Abondance Arcanique s'illustre comme la suite aventureuse, ou encore l'onglet voisin du Cercle des Mages. Les réunions sporadiques se faisant plus rares, cette guilde de nom différent mais aux mêmes membres suit les événements de l'Histoire Vivante qui se déroulent en Tyrie en mettant en avant les personnages incarnés par les joueurs membres. Le but étant de faire vivre aventures, mésaventures, péripéties drôles, exaltantes, tristes, énervantes. Les membres évidemment se respectent HRP mais en RP peuvent être amicaux comme infectes les uns envers les autres, s'entre-aider comme se trahir. Ce sont finalement des individus réunis par leur passion et leur profession, cela-dit : qui aime véritablement tous ses collègues de travail (ne mentez pas, vous avez déjà avec quelqu'un cassé du sucre sur le dos de votre voisin pendant qu'il était aux toilettes) ? Ils ont beau être des mages, ils ne passeront pas leur temps à user de leurs pouvoirs, au contraire, beaucoup de blabla en perspective, d'énigmes, de prises de tête, des fois même des soirées entières à chercher pour réaliser les heures passer vaines, et évidemment peu d'action, ceux qui aiment les films d'action aux milles explosions et dix minutes de conversation seront déçus, c'est certain. En revanche, ceux qui aiment les lenteurs scénaristiques volontaires, quelque chose tourné vers le psyché du personnage, ses réactions, l'impact sur son RP et les événement lui devrait être comblé ! Une façon de rendre quelque chose de tourné vers la magie de réaliste, qui a des conséquences, suffisamment mature pour accepter que l'on peut plus souvent perdre que gagner, l'important étant non pas la résolution du problème mais le fait d'avoir essayé, il est donc possible de terminer une trame sur un goût amer et sans Happy Ending, l'inverse est évidemment tout autant possible également.
Il n'y a de magique que la construction, c'est ce que propose le Cercle des Mages/Abondance Arcanique.

Il est possible de contacter Nimrod sous le nom de Shamash Nergal en jeu, ou moi-même portant le même pseudo depuis toujours.

Les péripéties vécues par le groupe d'érudits seront mises en ligne prochainement vous permettant ainsi de mieux concevoir ce que peut être "Abondance Arcanique".

Merci à tous.


Dernière édition par Arandir Storm le Mer 2 Nov 2016 - 12:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 24 Oct 2016 - 18:57

Dans un sacré bourbier

Comment peut-on parler de début lorsqu’il s’agit d’une continuation, d’une suite d’événements passés qui ont un impact sur le présent et qui probablement se répercuteront encore sur le futur. Quoi qu’il en soit il est évident que ces érudits avaient joué avec des forces qui les dépassaient.

C’est en début d’été que le regroupement de mages et érudits prit la décision de s’aventurer dans la jungle de Maguuma afin de se rendre dans l’ancienne et oubliée ville asura Rata Novus. Là-bas ils voulaient découvrir les mystères qui planait autour des Dragons Ancestraux, des Brumes et de l’abondance arcanique, ils espéraient que la civilisation qui s’y était éteinte avait laissé derrière elle des savoirs inconnus.
Il fut complexe de décrypter de quoi il en retournait avec exactitude, néanmoins ils purent comprendre un phrase importante : « Une absence de magie conduit au néant, un excès de magie conduit au chaos. »
Ce qu’ils voyaient déjà du monde plus les informations qu’indiquaient les relevés en disaient long : cela faisait donc déjà un certain temps que la Tyrie avait perdu son équilibre et avait plongé tête la première dans cet océan houleux qu’est le chaos. Phénomène qui allait de mal en pie suite au coup de grâce que fut la destruction de l’un des cinq fragments de la Pierre de Sang originelle, celles qui de base fut divisée afin d'établir des frontières entre les magies.
La guilde d’érudits avait l’intention de passer un temps voué à l’étude au sein de Rata Novus avant d’entreprendre le voyage vers le Marais de la Pierre de Sang, cependant les choses ne se déroulèrent pas exactement comme ils l’avaient prévus.

De malencontreux événements débutèrent lorsqu’ils allumèrent les consoles asuras et qu’ils usèrent de leurs pouvoirs, Maria et Jaleniel qui comme à leur habitude en abusaient, ainsi ils réveillèrent les nids de chaks qui encerclaient Rata Novus, accrochés à ses parois à l’intérieur des murs.
Dans le but de ne pas en attirer davantage, ils décidèrent d’éviter d’user de magie et trouver un moyen pour les terrasser à l’aide d’un plan ingénieux. Ils voulaient user du système de défense de la ville, ce fut une quasi-réussite, hélas mise à mal par l’énergie qui était émise par les défenses qui réveillèrent chaque nid dans leur intégralité, ceux-ci gigantesques et grouillant de ces atroces dévoreurs d’énergies. Ils étaient pris au piège, les créatures si voraces et innombrables. Leur grand nombre permit à beaucoup d’entre eux de percer les défenses et s’infiltrer dans la ville. Ils se rendirent à l’évidence : ils ne pouvaient plus préserver les couloirs de Rata Novus des chaks, ils n’avait plus le choix, ils prirent la fuite à l’aide de Jaleniel Amond, jeune mage douée en spaciomancie via un portail.
Ni Maria, Jaleniel, Yrän ou Nimrod ne furent surpris de ne retrouver Arandir au point d’arrivée, ce n’est pas pour autant qu’ils ne s’interrogèrent pas à propos des raisons de sa disparition : « Pourquoi les avait-il ainsi abandonné ? »

Maria, Nimrod et Yrän se réveillèrent le lendemain, éblouis par les rayons du soleil, désorientés, Jaleniel disparue, Maria amputée d’une main, ils n’avaient pas la moindre idée de la façon dont ils s’étaient retrouvés dans cette clairière alors qu’ils pensaient être à bord du dirigeable qui les menait vers leur destination la minute d’avant. Nimrod reconnut rapidement l’endroit où ils étaient : Les Collines de Kesses, soit la région qu’il habitait.
Les trois se séparèrent, confus, ils s’entendirent pour mettre en œuvre tous les moyens en leur possession afin de comprendre les péripétie qu’ils venaient de vivre.
Le sylvari et l’humaine rentrèrent ensemble au Promontoire divin, très rapidement ils apprirent que deux cycles lunaires s’étaient écoulés, qu’il étaient donc victimes d’une amnésie dantesque.
De son côté, Nimrod rentra chez lui, il retrouvait sa modeste demeure dans la vallée de Triskelion, épuisé, à bout de force, il ne désirait qu’une chose : récupérer.
Le vieux mage était confus, sur le quivive. Après quelques minutes à s’établir chez lui, son état d’alerte diminuait enfin et c’est lorsqu’il s’y attendait le moins qu’il fut surpris et apeuré par le bond d’un diable en boite, un présent de mauvais goût d’Arandir. Tout comme le diable en boite, Nimrod sursauta, le vieillard paniqué perdit l’espace d’un instant le contrôle de ses pouvoirs  et provoqua une déflagration qui explosa un mur porteur.
Hébété devant sa bêtise, il sortit in extremis pour à l’extérieur observer son chez lui partir en fumée, dévoré par les flammes, un spectacle qu’il observait, impuissant. Les villageois si ce n’est pas toute la vallée entendirent résonner en échos le cri de rage du vieux mage : « STOOOOORM !!! »


Dernière édition par Arandir Storm le Mer 14 Déc 2016 - 9:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kjárllan
Maudit par les esprits
avatar


Messages : 2746
Date d'inscription : 26/01/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 24 Oct 2016 - 19:31

Et pendant ce temps les Asuras vivant dans les zones de recherche de Rata Novus continuais de (re)découvrir les savoir Novans, protéger par les défenses remise en route depuis presque un an.

_________________
Sterenn Kjárllan, Mer émotionnelle, fille du Corbeau.
Deirdre Kjárllan, Magistrate du Prieuré, fille de la Chouette.

Deviantart de ma pomme.

Reroll:
 

(avatar par Dabingo)
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 24 Oct 2016 - 19:41

Kjárllan a écrit:
Et pendant ce temps les Asuras vivant dans les zones de recherche de Rata Novus continuais de (re)découvrir les savoir Novans, protéger par les défenses remise en route depuis presque un an.

(Au cours du RP nous avons imaginé qu'il s'agirait de couloirs plus méconnus, plus profonds, qui depuis ont été repris par les asuras, ces derniers plus nombreux et habitués aux technologies de leur propre race.)
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Dim 30 Oct 2016 - 17:36

Un été en vain


C’est une Orran qui fit apparition, une cousine éloignée de celui dont Nimrod hurlait le nom. Elle rejoignit le vieil homme qui était en miettes, les deux s’appréciaient depuis longtemps, Elizabeth le retrouvait après plus d’un an sans nouvelles de ce dernier. Face au désarroi de son ami, elle lui proposa de vivre avec elle elle sous son toit, un manoir au cœur de la capitale humaine. Le vieil ermite n’était pas enchanté à l’idée d’avoir une vie citadine, cependant, il accepta.
Sur le long du trajet jusqu’au Promontoire divin, Nimrod conta à Elizabeth les raisons de sa si longue disparition et elle retour le corrigea concernant la date, c’est ainsi que l’érudit comprit qu’il avait un trou de mémoire de deux cycles lunaires de la même manière que ses compagnons de voyage qu’il avait quitté plus tôt dans la matinée.

Quelle ne fut pas leur surprise lorsqu’Yrän et Maria retrouvèrent Arandir en ville qui vaquait à des occupations anodines. L’Archimage leur révéla être heureux de les revoir après tant de mois puis leur raconta la raison pour laquelle il ne les avait pas suivi une soixantaine de jours plus tôt.
Les chaks sont des prédateurs et voient les sources arcaniques comme des proies, mages y compris. Il leur fit comprendre qu’il avait voulu faire diversion le temps pour le groupe de fuir, cependant, la proie devint le prédateur lorsqu’il se rendit compte qu’il pouvait ponctionner l’énergie de ces chats. C’eut un effet secondaire, une fois la vague repoussée, il préféra rester, il s’était embourbé dans un cercle vicieux qui le poussa à passer plus de trente jours dans l’opulence à se nourrir de l’énergie des chaks. Ce n’est qu’à partir du moment où il n’en resta plus aucun, lorsque le nid fut vidé qu’il put enfin retrouver ses esprits et quitter Rata Novus.  Il n’avait aucun moyen de localiser ses confrères, alors il rentra au Promontoire divin afin d’attendre leur éventuel retour.
L’Archimage leur posa des questions à propos de l’expédition dans le Marée de la Pierre de Sang ce à quoi ils ne purent répondre. Ainsi l’été toucha à sa fin sur un goût d’amertume, d’inachevé, telle une longue perte de temps.




Des semaines lambdas suivirent, chacun avait ses propres occupations, soucis du quotidien. Arandir s’était replongé dans ses sombres études et expériences loufoques, Nimrod bouquinait et étudiait il pouvait profiter du confort qu’offrait le luxe du Manoir des Orran, Yrân se mettait à dos ses ex-employés du Carcan, et Maria s’occupait de sa forge et cherchait un moyen de recouvrir la mémoire.
Arandir, Maria et Yrän se réunissaient de façon sporadique afin de discuter, s’interrogeait fréquemment sur ce qu’il avait bien pu arriver à Jaleniel Amond : était-elle vivante ? Avait-elle perdu la vie ?
Nimrod se joignait à eux plus rarement, il préférait éviter Arandir qu’il exécrait déjà suffisamment.


Dernière édition par Arandir Storm le Mer 14 Déc 2016 - 9:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Dim 30 Oct 2016 - 20:55

Souvenirs retrouvés


Il fallut s’y attendre, à force de chercher, elle trouva. Maria finit par connaitre la façon dont ses confrères et elle-même avaient perdu la mémoire concernant les événements qui s’étaient déroulés au Marais de la Pierre de Sang. Dès qu’elle trouva Yrän, elle lui raconta leur expédition dans les moindres détails, par fierté, Nimrod refusa qu’elle lui révèle les tenants et les aboutissants de l’histoire, il préférait les découvrir de lui-même, ce qui arriva quelques semaines plus tard.

Leur dirigeable avançait à travers les cieux d’un bleu azur aux nuages aux formes de coton en velours, l’air frais et claquant de l’altitude avec en contrebas à travers les trous nébuleux, un aperçu de la verdure si touffue de la jungle ; cette façon de se déplacer, ce moyen de locomotion était si peu commun, il provoquait un sentiment de plénitude et d’euphorie si intense, c’en était grisant.
Pendant longtemps le voyage offrit de resplendissants panoramas. Une fois qu’ils eurent passé une chaine montagneuse, ils virent au loin le ciel qui s’assombrissait, qui virait au rouge ; une tempête semblait y faire rage.
Le groupe d’érudits avait la facheuse manie de trouver le conflit et la discorde entre eux, que ce soit pour des divergences d’opinion à propos de leurs théories, de leur approche de la magie qui était à chacun différente, et même face au danger, ils trouvaient le moyen de ne parvenir à s’entendre sur les méthodes à employer afin d’assurer leur survie. Yrän et Maria ne cessèrent de se chamailler, Jaleniel en venait aux injures puis à l’ignorance, Nimrod quant à lui avait tendance à les placer devant leurs propres incohérences, enfantillages, en homme d’âge mûr qu’il était. Arandir était celui qui avait regroupé ces mages de talent si différents et avait naturellement un rôle de médiateur, sans lui ce devenait plus mouvementé. En somme, ils n’avaient le temps de s’ennuyer.

Plus ils avançaient, plus l’amosphère était lourde, ils s’enfonçaient rapidement à l’intérieur de ces terres chaotiques, ensanglantées et calcinées. Arrivées à destination, leur côté aventureux et assoiffé de connaissances fit place à une certaine appréhension. C’est avec de grandes précautions qu’ils débutèrent leurs investigations. Ils traversaient les ruines, le carnage qu’offrait cette région. Des journées longues et fastidieuses, des nuits sur le qui-vive, en alerte avec des tours de garde, s’écoulèrent. Ils apprirent que l’origine de cette dévastation était due à l’explosion de l’un des cinq fragments de la Pierre de Sang originelle. Ils s’attardèrent sur les causes de l’explosion et comprirent qu’il s’agissait de l’œuvre du Blanc Manteau. L’explosion de la Pierre de Sang n’avait pas détruit une bonne partie de leur monde, seule la région dans laquelle ils se trouvaient avait été ravagée, Lazarus était de retour, et c’était en absorbant l’énergie libérée par l’explosion de la Pierre de Sang qu’il était revenu à la vie avec à son arsenal des pouvoirs incommensurables. Certains se doutaient depuis bien longtemps que le Ministre Caudécus jouait double jeu, et ce n’est pas tant avoir la confirmation qui les surprit mais plutôt la façon dont ce dernier subitement se mit à jouer à jeu découvert, révélant ainsi toutes ses cartes, et donc officiellement sa véritable identité, ses réelles affiliations et allégeances.
Le groupe d’érudits eut son lot de combats également, plus d’une fois ils eurent à faire à des êtres qui exposés aux radiations de la Pierre de Sang étaient devenus surpuissants et pouvaient opposer une résistance ardue pour ces derniers. Ils ressortirent chaque fois vainqueurs de leurs affrontements, la maitrise de la magie d’Yrän était habile, la puissance de feu de Maria d’une force inouïe, les conjurations élémentaires de Nimrod, redoutables ; et les sortilège de Jaleniel, pernicieux.
Les journées avaient beau être éreintantes, ils apprenaient toujours davantage et chacune de leurs altercations contre ces mutants dopés à la Pierre de Sang était remportée par le groupe de mages. De leur succès naquit un sentiment de fierté, ils avaient pris la grosse tête, pourtant ils ne se rendirent pas compte qu’au sein même de leurs rangs, l’une d’entre eux luttait contre une vieille addiction qu’elle gardait en sourdine. Hélas, Maria fit une rechute et se mit à de nouveau consommer fragments, débris, poussières de Pierre de Sang ; en droguée qu’elle était, elle avait besoin de doses régulières et chaque fois qu’elle peinait à trouver la suivante, elle était irritée, nerveuse, prise de bouffées de chaleur. Malgré cela, elle sut dissimuler sa dépendance, du moins, un temps.
Les jours qui suivirent furent d’une grande cruauté pour Maria, plus rien à l’horizon, pas l’ombre d’une dose, soit déjà absorbée par un autre assoiffé comme elle, soit déjà consumée par le temps.

Un jour alors que tous découvraient des écrits, Maria devint folle, emportée par une simple frustration, le manque était si atroce qu’elle vit en ses compagnons des repas potentiels et s’attaqua à eux. Ils furent pris au dépourvu, ils avaient l’habitude d’affronter des êtres faibles qui avaient gagné en puissance grâce aux radiations émises par la Pierre de Sang, ils n’avaient jamais eu d’adversaire qui de base avait déjà du talent, ainsi, la consommation de pierres avait rendu Maria monstrueusement forte. Jaleniel, accroupie, déblayait une tablette de décombres lorsque qu’elle fut arrachée au sol par Maria, qui la tenait en l’air par la force surhumaine de son bras, sa main fermée sur sa gorge. Yrän eut alors le réflexe de cligner jusqu’à Nimrod et tous deux tels des félins sur le point de bondir adoptaient une posture défensive. Nimrod, géomancien fit trembler la terre dans l’espoir que Maria perde l’équilibre et lâche Jaleniel qui entre ses doigts étouffait, la tentative du vieillard fut fructueuse, Maria chavira. L’enragée n’eut pas prit le temps de se relever qu’une fourche d’éclairs s’abattit sur Nimrod qui par chance sut partiellement se protéger d’une peau de pierre, projeté cependant, il fut blessé et en se cognant, perdit connaissance. Yrän n’était pas très axé sur l’attaque, en revanche à l’aide d’illusions il parvint à la faire tourner en rond, ses torrents de flammes n’atteignaient pas Yrän ce qui lui permettait de gagner du temps, car en parallèle, il formait un portail au dessus de la tête de Maria. Jaleniel avait une toux tonitruante, la gorge bleue, une marque de strangulation évidente ; elle disparut subitement. Yrän comprit très vite qu’elle avait pris la fuite, le pauvre sylvari se retrouvait seul en compagnie de son pantin face à cette abomination qu’était devenue Maria. Yrän et son pantin se jetèrent sur Maria dans un dernier espoir, et leur force combinée leur permit de soulever le bras à la hauteur du portail qui s’était formé au dessus de la tête de Maria. Yrän profita de voir la main de Maria à l’intérieur du portail qu’il referma tout à coup. La mage avait perdu sa main, le moignon ensanglanté, elle hurla de douleur, et de son cri, les éléments se déchainèrent, chacune des illusions d’Yrän explosèrent, le sylvari et son pantin furent propulsés par le souffle d’une explosion de flammes gigantesques. Alors que les yeux d’Yrän se fermait peu à peu, sonné par sa chute, il vit Maria qui elle aussi de son côté sombrait, à genoux, elle ne tarderait pas à se vider de son sang. Pourtant supposé être de retour au Promontoire divin tandis que ces événements se déroulaient, c’est bel et bien Arandir qui fit apparition, il surplombait le groupe qu’il avait formé, celui-ci gisait au sol. Il observa Maria à l’agonie et lorsque le regard de cette dernière croisa celui d’Arandir, elle s’évanouit à son tour.

Pour une raison méconnue, il les téléporta tous au beau milieu d'une clairière dans les Collines de Kesses, puis subtilisa leurs souvenirs et leur apporta des premiers soins. Il s’évapora l'instant d'après et les laissait ainsi, allongés inconscients dans les hautes herbes.


Dernière édition par Arandir Storm le Mer 14 Déc 2016 - 9:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mar 1 Nov 2016 - 19:35

Dans la peau des uns des autres


Maria s'insurgea, elle avait bien l'intention d'interroger l'Archimage sur les raisons qui l'avaient poussé à leur subtiliser leurs souvenirs, et ce qu'elle fit lorsqu'elle fut amenée à le croiser. Les réponses d'Arandir ne firent que plus l'agacer par son refus de révéler ses raisons, ce dernier n'appréciait pas être ainsi interrogé et s'en alla. Il la laissait sans réponse et même avec plus d'interrogations.
Durant plusieurs semaines, Arandir fit le mort et les choses se tassèrent. Au cours de cette période, Maria se lia d'amitié avec un vieux Prêtre Guerrier de Balthazar, Arathorn Cain. Cet homme d'âge mûr était agréable et de bons conseils. Elle le surnomma très vite "Padre", le padre qui n'osa jamais lui demander ce que pouvait bien vouloir dire ce mot qui lui semblait inventé. Leurs rencontres devinrent régulières, ils apprirent à se connaitre, leurs échanges étaient amusant ; le sceptissisme de Maria vis à vis du Culte des Six en collision avec Arathorn qui en bon prêtre prêchait la parole sacrée des dieux.  

Lorsqu'Arandir réapparut, Maria lui tomba dessus, elle voulait la vérité et suite à une discussion où tous deux firent preuve d'animosité, Arandir dans le but de lui prouver qu'elle avait tort la défia de tenir une journée dans sa peau sans devenir folle. 
L'Archimage avait tendance à rendre réalité des expressions et elle et lui ne firent alors plus qu'un. Elle restait maitresse de son corps, avait à sa disposition les pouvoirs de ce dernier mais aussi sa condition de non-mort. Elle ne pouvait plus apprécier les plaisirs de la vie, manger, boire, dormir, elle ne ressentait plus le froid ni la chaleur, pas même la douleur. Elle put se rendre compte qu'elle ne ressentait rien, pas l'ombre d'une émotion, tout ce qui faisait d'elle une vivante, son humanité avait disparu. Maria était devenue une créature qui n'existe que pour servir ses propres intérêts. 
La mage se rendit vite compte que cette condition n'était que la partie visible de l'iceberg, progressivement elle ressentit des envies perverses, des idées tordues, des désirs sanguinolents, ceux-ci étaient la conséquence de ce pouvoir nécrotique omnipotent.
Elle partagea ses impressions avec le vieux prêtre à propos de ce qu'elle était en train de vivre, elle lui fit part des tourments dont elle était victime. Horrifié, il lui adressa ce dicton : « Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. » et l'implora d'abandonner cette sorcellerie impie et corruptrice. 
Lorsque la journée toucha à sa fin, l'Archimage retrouva son intégralité et permit à Maria d'être elle-même à nouveau. Elle comprenait à présent mieux que quiconque qu'Arandir était une Liche assoiffée de force vitale, d'âme, toute énergie qui pouvait accroitre son pouvoir et admit qu'elle n'aurait su tenir plus d'une journée dans cet état de délabrement physiologique, qu'il était insupportable d'être désintéressé de tout et voir la foule comme un possible encas. Elle réalisait également qu'Arandir devait être un homme bon qui par sa folie des grandeurs était entré en possession d'un pouvoir corrupteur, gangrené et elle saluait sa ténacité car elle ne pouvait nier qu'il était en mesure de rendre des services par ci et là en fonction des personnes qui suscitaient son intérêt. À l'aide de ce pouvoir malsain, il était en mesure non seulement de se contenir mais en plus d'en tirer à petite échelle quelque chose de bénéfique.
En revanche, elle continua de dire que s'il ne cédait pas à cette noirceur qui le ronge, ces pulsions, ce n'était qu'une question de temps, qu'il était une menace dormante. Selon elle, s'il continuait de s'entourer de personnes, qu'il avait une famille, il le faisait dans le but de conserver le peu d'humanité qu'il lui restait, une façon de s'y accrocher. Elle se rendit compte également qu'Arandir avait eu une idée derrière la tête en lui proposant cette expérience : elle avait sans cesse refusé que ce dernier s'occupe de la réparer, et c'est finalement d'elle-même tourmentée par ce désir de perfection qu'elle se répara au cours de cette journée où elle n'était plus tout à fait vivante.

Par la suite Arandir fut en mesure de localiser Oreliana Irions, une Maître Élémentaliste qu'ils étaient supposés retrouver quelques mois plus tôt dans le Marais de la Pierre de Sang. Il la rejoignit sur les Îles-de-Feu au sommet d'un pic volcanique calciné de la Baie des Braises. Ils eurent une longue conversation au cours de laquelle ils s'accordèrent pour dire que si l'un ou l'autre devenait trop dangereux, ils feraient de sorte de trouver les moyens afin de se mettre hors d'état de nuire.
Oreliana lui avoua que le destin était ironique car il avait propulsé sur les devants de la scène le Blanc Manteau et Primordius, deux éléments de sa vie qu'elle avait à cœur plus que tout ; d'une certaine façon : La Grand Chasse de cette humaine. 


Dernière édition par Arandir Storm le Mar 15 Nov 2016 - 12:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mer 2 Nov 2016 - 12:40

L'artéfact



L’été semblait bien loin à présent, sa chaleur s’estompait progressivement, la fraîcheur de l’automne prenait le pas, les arbres perdaient leurs feuilles et se retrouvaient dénudés dans le froid, les nuits arrivaient au galop plus vite chaque jour, ils étaient déjà à deux semaines des rires hystériques du Roi Dément et des complaintes de son fils le Prince Sanglant, le royaume des morts et celui des vivants s’apprêtaient à s’effleurer comme chaque fois à cette période de l’année.
Arathorn et Maria partageait la même passion, celle de la forge. La forgeronne fit un jour un cadeau au prêtre, elle lui offrit un pendentif à l’image de Balthazar. Le vieillard fut si touché qu’il lui offrit à son tour quelques jours plus tard un marteau, il savait pertinemment qu’il plairait à une mage, forgeronne de surcroît. L’objet s’enflammait entre les mains du porteur et ce n’était pas son unique particularité.

Arathorn accompagna son présent d’un pli sur lequel était écrit : « De mon temps sur les champs de batailles éternelles, je fis la découverte de ce marteau, Balthazar répondit à mes prière en me l’envoyant, car avec lui, je remportai tous les défis. Faites en bon usage. »

Lorsque la femme entra en contact avec le marteau, elle fut frappée d’une sensation soudaine, elle se sentit en harmonie avec elle-même capable de percevoir chacun de ses actes, bons comme mauvais, et accepter chacun d’entre eux, elle était capable de se pardonner et d’oublier les choses qui lui tenaient à cœur, plus lucide que jamais, tous ses maux s’étaient envolées. Elle avait découvert la paix intérieure.

Apaisée, elle le rangea, ce n’est que plus tard lorsque les effets s’estompèrent qu’elle s’interrogea sur ce qu’elle analysa être un artéfact.

L’érudite de son esprit curieux s’empressa d’interroger le prêtre à propos de ce marteau dit de Balthazar. Elle fut déçue, Arathorn était incapable de satisfaire sa curiosité, il ne savait ce qui fut en sa possession durant plusieurs années, seulement ce qu’il lui avait écrit.

Maria toqua à la porte d’Elizabeth Orran afin de joindre Nimrod, le vieux mage résidait depuis la destruction de sa hutte chez la jeune aristocrate. D’un sarcasme, la mage fit remarquer à son confrère qu’il semblait s’être accoutumé au luxe qu’offre une vie de noble puisqu’il s’y éternisait.


Ils se rendirent dans l’échoppe de la forgeronne et retrouvèrent le vieux Cain qui passait la voir dans le but de lui proposer quelques paroles autour d’un bon breuvage, ce qu’elle ne put accepter. Elle lui annonça qu’elle avait l’intention de percer les mystères du cadeau de ce dernier, ce à quoi il ne s’opposa pas même si l’idée lui paraissait stérile.

Il fit la connaissance de Nimrod, tous deux étaient d’un âge avancé et ce simple trait commun leur permit de sympathiser rapidement. Le vieux mage ne cacha pas trouver le vieux prêtre trop bon pour le monde dans lequels ils évoluaient.

Lorsque Nimrod entra en contact avec le marteau, il fut surpris par la naissance de flammes qui se mirent à embraser ce qu’il tenait en main sans qu’il ne soit brulé pour autant. Il fut par la suite stupéfait, les personnes présentes pouvaient le lire sur son visage, son faciés s’était figé, tout comme Maria, il découvrit la sensation que procurait le marteau. Une fois que le contact fut rompu, on put voir qu’il avait été époustouflé.

Avant que Maria ne trouve Nimrod, elle avait eu une visite d’Arandir, ce dernier ne s’était pas éternisé lorsqu’elle lui fit découvrir sa nouvelle acquisition. Il l’avertit qu’il ne fallait pas qu’elle joue avec des forces qui la dépassaient, surtout s’il s’agissait d’un artéfact divin. Il ne prit même pas le temps de l’analyser, il s’en alla sans plus de cérémonie.

Maria le partagea à ses vieux invités et leur affirma qu’elle avait la quasi certitude que l’Archimage avait éprouvé de la crainte devant l’objet. Une information qui ne tomberait dans l’oreille d’un sourd.


Dernière édition par Arandir Storm le Mar 15 Nov 2016 - 12:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mer 2 Nov 2016 - 16:33

À jouer avec le feu, on se brûle !



La nuit était tombée, ensemble Nimrod et Maria analysèrent l’objet, Maria suggéra de transformer le marteau en bâton tout en gardant les propriétés de sa nouvelle possession, Arathorn les observait sans véritablement comprendre.
Maria remarqua que ses tentatives étaient vaines, l’objet était inflexible. Nimrod et elle décidèrent de se rendre sur une zone volcanique dans l’espoir de parvenir à leur fin à l’aide du magma. La mage proposa le voyage au prêtre qui déclina, ce dernier affirmait ne plus avoir l’âge ni le cœur à l’aventure ; malgré son refus elle l’emporta, l’instant d’après, ils se trouvaient tous trois au sommet d’un volcan en activité.  En contrebas, ils remarquaient la lave qui s’écoulait lentement au sein de son berceau.

Ils s’enfoncèrent progressivement à l’intérieur du volcan, protégés de sortilèges qui leur permettaient de respirer en débit du manque d’oxygène et d’autres qui leur permettaient de supporter les chaleurs intenables. Arathorn devint spectateur lorsque les deux se mirent à essayer de modifier la forme du marteau à l’aide des roches en fusion. Tous deux rencontrèrent l’échec. Entêtée, l’élémentaliste dans un dernier effort provoqua une réaction inattendue, subitement des flammes jaillirent du marteau comme s’il avait une volonté qui lui était propre, il s’entourait de flammes qui grossissaient à grand pas, et très vite elles formèrent une colonne de feu d’une ampleur colossale. Le souffle de l’explosion les propulsa violemment. Le pauvre Arathorn fut presque assommé en se heurtant contre les parois de pierres brûlantes. Nimrod avait été en mesure de résister au souffle de l’explosion à l’aide d’un subterfuge arcanique malicieux qui lui avait permis de rendre sa peau aussi dure que la pierre.
Les mages tentèrent d’attirer le marteau qui lévitait au beau milieu de la colonne de flammes vers eux, ils n’y parvenaient pas. Le prêtre joignit ses forces et à trois ils purent décrocher le marteau de son habitat. Maria s’apprêtait à le récupérer cependant elle fut doublée par Nimrod qui s’en empara à la volée, et dès qu’il eut en main, il disparut. Dans sa fuite il avait prévu de les retenir, Arathorn et Maria étaient immobilisés par une sorte de conjuration électrique de Nimrod, une autre de ses nombreuses conjurations. Sans le marteau pour alimenter la gigantesque colonne de lave, celle-ci s’apprêtait à leur retomber dessus telle une vague prête à s’éclater contre le récif. Prêt à mourir, le vieil homme ferma les yeux, il pria Balthazar pour la dernière fois, enlacé à Maria. La mage prise au piège hurla d’un juron, elle ferma les yeux par réflexe lorsqu’ils furent tous deux englouti par le torrent de flammes, et ils connurent enfin le silence.

Ce ne fut pas le silence auxquels ils s’attendaient en revanche, ils se rendirent vite compte que la chaleur s’était estompée, ils rouvrirent les yeux pour constater qu’ils se trouvaient à l’intérieur de l’échoppe de Maria, soit leur place iniatiale antérieure à leur départ pour la zone volcanique. Apparemment, la conjuration du traitre s’était aggripé à eux afin de les ramener en sécurité. Arathorn s’agenouilla, il remerciait les Dieux qui lui accordait cette chance. Maria quant à elle était enragée, Nimrod, ce vieux fou l’avait trahi et volé.
Arathorn et Maria ne se séparèrent en bons termes, il lui reprochait de l’avoir contraint à l’accompagner dans cet enfer, puis lui révéla regretter lui avoir fait ce présent, qu’entre ses mains celui-ci avait déclenché mort et destruction, chose qui ne s’était jamais produite lorsqu’il le possédait.


Dernière édition par Arandir Storm le Mar 15 Nov 2016 - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 7 Nov 2016 - 15:02

Lich Unleashed


La forgeronne ne s’attarda pas sur les états d’âme du prêtre, plus décidée et enragée que jamais, elle s’apprêtait à débusquer ce vieux fou de Nimrod. Elle le retrouva alors dans sa tanière, le mage s’était retiré dans une grotte, profonde et obscure, là-bas résonnait l’écho de puissants sortilèges qui malgré le temps avait laissé une marque indélibile. Maria s’apprêtait à incendier Nimrod, au sens propre comme figuré, cependant alors qu’une discussion hargneuse débutait, Arandir fit apparition, ce dernier affichait un air narquois, presque hilare. D’humeur moqueur, l’Archimage leur fit remarquer qu’il les avait prévenu de ne pas user de cet artéfact dont il ne ignorait tout, et les mettait pieds au mur concernant le carnage que cela avait engendré. Infâme qu’il était, Arandir riait de l’erreur qu’ils avaient commis. Nimrod bouillonnait intérieurement, cette  raclure qui se moquait d’eux n’avait pas tort, cependant le vieillard préférait se dire que les avancées avaient un prix, pragmatique.
Maria était à bout, elle n’avait ni la force ni l’envie de débattre, dépitée elle observa les deux hommes qui tentaient de faire preuve d’éloquence. Nimrod en eut assez à son tour de se faire sermoner, surtout par un fou qui n’avait plus grand chose de vivant. Nimrod s’insurgea et rétorqua à Arandir avec dédain :
- Je souhaite vous voir cracher votre sang, à genoux, dans la poussière ! 
L’Archimage riait de l’idiotie de ce dernier, il le trouvait si stérile et obsolète.
- Kof, kof, kof ! Arandir laissa échapper une quinte de toux. Nimrod et Maria tiltèrent, ils s’interrogeaient du regard. L’Archimage continuait pourtant de parler, à croire qu’il était impossible de lui couper le sifflet, sa tirade était interminable. Il toussa de nouveau, et de lui-même cette fois ci, il cessa de parler. Il observait autour de lui ce qui pouvait être la cause de cette faille, il ne respirait pas, ou à peine, et pourtant, il toussait. Sa toux se fit plus virulente de minute en minute.
- Qu’avez-vous fait ? Arandir cédait à la panique, désorienté, il se mit à tituber. Nimrod prenait un malin plaisir à observer son vœu qui se réalisait, évidemment, il s’interrogeait également car il n’était pas la cause de l’affliction de l’Archimage. Le regard d’un mercure luisant d’Arandir se dissipait progressivement, il cédait sur ses genoux, mangeait la poussière, sa toux s’amplifia, il crachait du sang.
Nimrod et Maria se demandèrent s’il ne s’agissait pas de l’œuvre du marteau, celui-ci avait tendance à équilibrer les personnes, ils émirent une hypothèse : l’artéfact équilibrait les personnes, certes, mais il avait été chaque fois en contact avec des personnes qui était entière, ainsi, ils se demandèrent s’ils pouvaient qualifier Arandir d’être tout entier, puisque ce dernier avait une partie de son âme enfermée ailleurs. Devant eux se trouvait un homme dépossédé de ses pouvoirs, il paraissait subitement faible et pathétique.
Les deux mages prirent en pitié l’Archimage qui se roulait par terre, à l’agonie. Ils s’apprêtaient à lui venir en aide lorsqu’il remarquèrent qu’il laissait une traînée noire et nébuleuse dans son sillage. Peu à peu, cette collonne de fumée noire prit une forme osseuse et géante dans le plus grand silence.
- Merci... Elle brisait ainsi le silence morbide qui s’était installé puis disparut dans la pénombre de la grotte.
Maria craignait le pire, elle annonça vite de quoi il en retournait : elle suspectait le fait qu’Arandir ait été dissocié de son pouvoir nécrotique qui s'illustrait sous la forme d'une liche. Ils ne firent pas erreur, l’Archimage narquois quelques minutes plus tôt n’avait plus rien d’extraordinaire. Alors que l’homme souffrait, Nimrod prévint Maria qu’il avait l’intention d’installer un sceau sur la peau de ce dernier afin de lui assurer qu'il ne soit plus jamais réuni avec son pouvoir. Il saisit le marteau de sa cache, et il posa le bout métallique brûlant sur la peau de l’homme déjà à l’agonie. C’est d’un hurlement qu’Arandir s’effondra au sol, la peau calcinée, marquée au fer rouge.
Ils se hatèrent d’amener le souffrant à Rata Sum, selon Nimrod, seul les asuras de l’Enqueste étaient en mesure de le soigner, en effet le contrecoup de la séparation de l’humain et de la liche semblait mortelle. Afin que l’Enqueste s’interesse à un humain, Nimrod leur révéla que ce dernier était une liche qui avait été en contact avec un artéfact divin. Il n’eut pas à leur demander deux fois, ils emportèrent l’homme inconscient. Dès ce moment ils ne revirent plus ni n’eurent de nouvelles de la part de ce dernier, comme s’il avait disparu à jamais.

Il ne leur fallut pas attendre plusieurs semaines pour apprendre que des camps avait été ravagé, les rares survivants parlaient d’une forme nébuleuse sombre qui tuait par sa simple présence, d’un passage, elle subtitlisait la vie des êtres qui rencontraient sa route. Ils comprirent bien assez vite qu’ils avaient libéré un fléau, qui discrètement causait la mort dans son sillage.
Ils réalisèrent alors qu’il était nécessaire qu’ils s’en chargent, avant que l’existence de cette liche ne devienne de notoriété publique. Ils n’avaient qu’une solution : afin de se débarasser une bonne fois pour toute de cette liche, il fallait détruire le phylactère, hélas, seul Arandir en connaissait la localisation, Arandir qu’il n’avait plus sous la main, et dont ils ignoraient à présent la localisation.

Des semaines s’écoulèrent sans qu’ils ne puissent rien faire, ils avaient beau chercher, rien, les asuras savaient bien cacher leurs traces à l’aide de leur technomagie. Grâce à un hématomancien du nom de Neterion, ils eurent l’idée de prélever le sang d’une des nombreuses progénitures d’Arandir afin de tenter un sortilège de localisation. Ils se servirent du sang d’Amara dite Noirâme, la seule qui soit suffisamment adulte pour que l’on puisse en prélever une quantité convenable. La bâtarde refusa d’aider dans un premier temps, elle réfutait l’existence de son père, surtout si le père en question était tel qu’on le lui avait illustré ; raisonnable néanmoins, elle finit par accepter.
Elizabeth Orran, Nimrod Lovecraft et Maria Fyrsen avait convenu d’un marché : Ne rien révéler à Yrän à propos du fait qu’Arandir n’était plus la liche qu'il connaissait. En effet, ils soupçonnait à une époque le fait que le sylvari soit bien plus passionné par la liche que par l’homme, ce qu’il confirma lorsqu’il le prôna haut et fort.
Yrän fit appel à une sœur sylvari, une hématomancienne nommée Ghilann. Elle et Neterion en compagnie d’Elizabeth Orran, Nimrod Lovecraft, Maria Fyrsen, Antonin (qui s’apprêtait à devenir Chantelieu) et Zéhina Abora se chargèrent de localiser Arandir Storm, Yrän quant à lui se chargeait d’ouvrir un portail supposé invoqué l’Archimage à eux. Cela ne donna rien, l’incantation, le portail, le sortilège de localisation n'avaient pas fonctionné. Du moins c’est ce qu’ils croyaient, subitement, ils furent avalés par le portail, le sortilège avait fonctionné à l’envers, ils se retrouvèrent tous dans un champ de confinement de l’Enqueste à l’intérieur duquel ils étaient impuissants.
A leurs pieds gisait celui qu’ils cherchaient tout ce temps. Il était vêtu de haillons, cependant il était bel et bien là, présent, il semblait même avoir été soigné. Les asuras l’avaient transformé en cobaye, ils prenaient soin de leur rat de laboratoire.
Lorsqu’Yrän se rendit compte qu’il s’agissait d’un humain tout ce qu’il y a de plus banale, il devint enragé, il avait été forcé de risquer sa vie pour ce qu’il considérait de sous-merde humaine. Ils se rendirent vite compte que les asuras étaient parvenus à sauver Arandir de ses blessures, cependant il avait conservé cette abominable toux qui résonnaient si fort dans la grotte quelques semaines plus tôt. Ils purent d’ailleurs voir qu’il continuait de régulièrement cracher du sang. Arandir leur fit comprendre ce qu’il avait : la tuberculose. Il leur annonçait que les asuras ne parvenaient pas à le débarasser de celle-ci.
L'attroupement de mages tenta de s’extirper de cette situation délicate, aucun ne trouvait de solutions. Yrän songea à former un portail en usant de la force vitale des deux hématomanciens, Ghilann et Neterion, dernière énergie qui subsistait à l’intérieur de ce champ de confinement. Il avait l’intention de s’enfuir avec les deux hématomanciens et laisser le reste du groupe où il était, le portail n’était suffisamment grand que pour trois personnes. Il n’eut pas le temps de réaliser ceci qu’une alarme se mit à retentir, subitement, ils se retrouvaient dans la pénombre, ils n’y voyaient rien, ils entendaient des cris, du matériel qui était détruit. Le champ de confinement avait été brisé tout comme des commandes et consoles l’avaient été dans les laboratoires où ils se trouvaient. Ce qu’ils pensaient obscurité était en fait toute autre chose. L’obscurité se dissipa, elle prenait une forme osseuse géante, il s’agissait de la liche qui en coup de vent avait siphonné la vie des asuras présents dans cette aile de cette prison. Les morts se relevèrent aussitôt, la liche avait sous son joug une horde d’asuras trépassés.

Les prisonniers à peine délivrés se retrouvaient nez à nez avec la liche. Ni elle, ni sa petite armée n’attaquèrent, ils observaient passivement. Afin de s’enfuir, à l’exception d’Yrän, Neterion et Ghilann, les autres mages attaquèrent la liche dans l’espoir de la détruire. Elle semblait se jouerd’eux, les parties de son corps qui étaient détruites se reconstituaient, tel un amas de chair qui repoussait à vive allure. Ils eurent la chance d’avoir l’aide d’Oreliana Irions qui se joignit à eux, elle sut où les retrouver grâce à un sortilège qu’elle avait placé sur Nimrod, ce dernier était pucé tel un chien, ce qui permettait à la mage de savoir où ce dernier pouvait être.
A tous combiner leur force, les mages finirent par détruire la liche, ils baignaient une fois de plus dans l’obscurité. Ils en profitèrent pour s’enfuir à travers les couloirs labyrinthiques de ces gigantesques laboratoires asuras. Tous ressortirent sauf Nimrod, Zéhina et Arandir, ce qui laissait le reste du groupe perplexe.
Ils attendaient de les voir sortir lorsqu’Oreliana leur fit comprendre que ça ne se produirait pas : selon elle Nimrod n’avait jamais eu l’intention de sauver qui que ce soit, qu’il était un homme qui ne servait que ses propres intérêts et qu’ils n’hésitaient pas à réaliser ses desseins de manière perfide. D'ailleurs, elle ne pouvait plus le localiser, le vieillard savait apparemment quand dissimuler ses traces et quand se montrer visible.
Maria se rendit compte qu’elle avait perdu les fragments de pierre de sang qui ornaient son sceptre, et perdait espoir vis à vis de la fin de cette histoire.
Ils s’interrogèrent tous sur les raisons qui avaient poussé la liche à se montrer si passive, elle s’était laissée faire, ils avaient l’impression qu’elle les avait testé pour finalement repartir les mains pleines.
Que comptait faire Nimrod ? Qu’avaient-ils réalisé concrètement ? Était-ce une réussite ou un échac ? Que devaient-ils accomplir par la suite ?


Dernière édition par Arandir Storm le Mar 15 Nov 2016 - 13:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Lun 14 Nov 2016 - 16:26

Divisés


Halloween débuta sur cette note confuse. Ils décidèrent alors de se recontrer afin de savoir ce que les uns et les autres pensaient de ce qu'ils venaient de vivre en commun.
Yrän annonça simplement qu'il n'était intéressé que par la Liche, Antonin tout comme Maria désiraient retrouver Nimrod et Arandir, afin que tous ensemble ils puissent mettre fin à ces événements sans queue ni tête.

C'est de la façon la plus curieuse qu'il soit qu'Elizabeth Orran fut en mesure de contacter Nimrod Lovecraft, elle se contenta de de déposer un pli sur le bureau qu'il occupait lorsqu'il vivait chez elle. Dans sa lettre, elle lui demandait simplement et sans détour de lui apporter son aide à propos de la Sorcière Rouge de Shaemoor, Aspasie Sombrecoeur et qu'en retour, elle ne lui poserait aucune question, elle jurait de ne pas lui demander où il retenait son cousin, et qu'elle ne comptait pas l'implorer qu'il le relâche, en somme, une trève.
Ils se rendirent au Prieuré de Durmand afin de rencontrer Vanyel Valdemar, un homme doué dans l'art de retrouver les choses à condition de disposer d'un objet qui ait appartenu à la personne concernée. Elizabeth vint avec sa soeur, celle-ci récemment arrivée au Promontoire divin depuis le fief familial, elle faisait son entrée dans la vie mondaine. La dernière de la famille était douée pour la magie également, spécialisé dans le druidisme, et elle put ainsi aider le professeur Valdemar à localiser la personne qu'il cherchait, elle avait été en mesure de purifier l'objet qui apparemment contrait les pouvoirs de révélation de Vanyel. Elizabeth n'avait informé personne à propos de cette tentative de contact avec Nimrod, et c'est comme une fleur qu'il les rejoignit. Elizabeth fut agréablement surprise, ce qui ne fut pas le cas de Maria qui s'insurgea, elle les traita de fous. Comment étaient-ils supposés tolérer la présence de ce vieux fou qui n'avait de cesse que de les trahir : le vol du marteau, l'enlèvement de celui qu'ils étaient tous venus sauver ensemble. La jeune aristocrate demanda à la forgeronne de faire preuve de diplomatie, et comme elle, respecter cette trève. Indignée, Maria s'en alla. Elizabeth demanda par la suite à sa soeur de rentrer au Promontoire divin car la suite pouvait être dangereuse.
En fin de soirée, il ne restait plus que Nimrod et Elizabeth. Les deux élémentalistes avaient une vague idée de l'endroit où elle pouvait se trouver. Elizabeth avait songé aux ruines de l'Académie de Nolanj sur lesquelles fut construite la capitale charr : la Citadelle Noire. Elle ne se trompa pas. Grâce à un charr vers qui le professeur du Prieuré de Durmand les avait envoyé, ils purent se rendre dans les ruines. En s'y enfonçant, ils y découvrirent un cercueil, et enfin, ils retrouvèrent Aspasie. Lorsqu'elle se réveilla, il lui révélèrent la raison de leur venue. Il ne fallait surtout pas que la liche la découvre avant qu'ils ne le fassent. Ils craignaient qu'ils ne s'allient, ce qui aurait eu des conséquences tragiques. Aspasie leur révéla s'être enfermée ici afin de ne justement pas être un danger pour son entourage, cependant, Elizabeth lui révéla que s'ils avaient été en mesure de la retrouver, ce devait être également à portée de la liche. Elizabeth et Nimrod lui firent comprendre qu'il valait mieux qu'elle soit une cible mouvante, ce qui la rendrait plus difficile à localiser.

Les journées défilaient et se ressemblaient, un soir en revanche fut différent. A quelques heures de la fête costumée dans les jardins de Deverol, Amara parvint à convaincre de Maria de franchir le seuil de l'une des portes qui les séparait de l'Outremonde. Ils eurent la surprise de tomber sur Yrän et d'une de ses soeurs sylvari : Ghilann.
Le sylvari ne les acceuilla pas de bon coeur. Lorsqu'elles étaient arrivées, il semblait avoir à peine terminé quelque chose, elles ne surent dire quoi.
Amara sensible aux auras, et surtout aux plus particulières remarqua qu'Yrän cachait et dégageait quelque chose. Elle le confronta, et il ne confirma ni n'infirma.
La jeune femme leur fit partager sa théorie, selon elle, la liche qu'ils affrontaient n'était que la partie visible de l'iceberg, qu'elle appartenait à des desseins plus grands, et qu'elle était sûrement elle-même sujette à une hiérarchie d'entités qui leur échappait.
Yrän préféra rire d'elle tandis que Ghilann, elle, y prêtait attention. Ils se séparèrent néanmoins tous sur cette note moqueuse.

Antonin de son côté, avec bien plus de simplicité prenait les faits tels qu'ils étaient et décelait quelque chose de louche dans cette succession d'évenements. C'est en partageant ce même sentiment qu'Antonin et Amara firent plus ample connaissance. Les rumeurs de l'apparition du fantôme de la nécromante Bria au sein de la capitale avaient donné une idée au jeune homme, il proposait à Amara de se rendre dans le Marais de Fer, dans la Forêt d'Hélion dans le but de trouver des réponses au Manoir de Bria. Amara tremblait comme une feuille à l'idée de retourner vers le lieu qu'elle avait eu à fuir, cependant, Antonin parvint à la convaincre, il lui expliquait qu'il était temps que l'on cesse de les mettre à l'écart car ils étaient plus jeunes, qu'il était temps que l'on cesse de les prendre pour des jeunes inconscients incapables d'aider, il était temps que l'on cesse de les considérer comme des gamins aux théories loufoques et pittoresques car plus spirituelles et mystiques. Au cours de leur voyage, ils furent aider d'un homme masqué, ils ne voulaient de l'aide de cet inconnu, mais à force d'insister, ils finirent par l'accepter tout en s'en méfiant. L'homme masqué était si étrange qu'ils décidèrent un soir de le semer. Après quelques jours de marches, ils arrivèrent enfin à la lisière de la forêt hantée. Amara, ne pouvait simplement pas, elle avait eu beau essayer de s'en convaincre, elle était tétanisée, elle ne voulait faire face à son passé qu'elle avait pu fuir après trente années de misères captive de ces lieux maudits. Antonin s'y aventura alors seul. Le jeune s'approcha avec précaution du manoir si sordide, il pouvait ressentir lorsqu'il s'en rapprochait à quel point celui-ci pouvait être malsain. L'inconnu surgit, il effraya Antonin comme jamais. Cet homme était si louche. Que leur voulait-il ?
Antonin lui intima de s'en aller. Tandis qu'ils argumentaient, deux bras traversèrent les murs du manoir, et c'est d'une poigne de fer qu'ils furent attrapés par la propriétaire des lieux. Elle voyait en eux un repas peu commun, cela lui changeait des âmes et des carcasses de jeunes charrs téméraires qui s'aventuraient dans sa forêt. Elle les tenait placardés contre le mur de sa force surhumaine, elle s'apprêtait à user de ses ustenciles de bouchère, prête à les décortiquer pour son plaisir cannibal. Antonin désirait l'interroger malgré la peur, en vain, elle ne savait faire qu'une chose : lui décrire l'agonie qu'elle lui réservait. Elle braqua son bras, prête à transpercer le coeur de son invité, elle s'apprêtait à frapper de son long couteau lorsque subitement elle s'arrêta. Son couteau lui tomba des mains, et elle hurla qu'il était protégé tandis et disparut devant eux. Antonin était sous le choc, il avait frôlé la mort, et pour une raison qui lui était totalement inconnue, il avait été épargné. Il n'avait qu'une envie, sortir au plus vite de ce manoir. Avant cependant, il lui fallait faire des recherches, il ne savait ni où chercher ni quoi chercher, c'est à tâton qu'il s'y prit. C'est l'horloge aux aiguilles figées qui attira son regard, et c'est celle-ci qui insimina la peur dans son coeur. Il se hâta de ressortir, il épaulait l'inconnu qui avait été blessé à l'intérieur, et ils rejoignirent Amara à la lisière de la forêt. La jeune femme attendait son compagnon de voyage, elle faisait les cent pas, elle enchainait cigarette sur cigarette, angoissée. Elle remarqua l'homme en compagnie d'Antonin qui apparemment avait su les retrouver, et qu'il était également blessé. Elle leur demanda alors s'ils avaient trouvé des réponses à leurs questions, Antonin lui répondit : "Oui, une, je suis protégé".

Yrän, Elizabeth et Maria préféraient prendre le problème de front, il était impossible de faire face à la liche, en revanche localiser et détruire son phylactère s'illustrait comme le seul moyen d'y parvenir. S'ils y parvenaient, selon eux, le problème serait résolu.
Un autre soir fut également particulier, ils furent en mesure de déceler l'ouverture d'un portail dans les champs de Guedarran et ils s'y rendirent, ils se doutaient qu'il s'agissait d'une oeuvre de la liche, et ils virent juste, c'est un sbire de ce dernier qui les accueilla. Il leur proposa un marché de la part de la liche : son maître cesserait les massacres à conditions que les mages lui forment une armée. Le serviteur invita également Yrän à franchir ce portail qui lui était en fait dédié, et ce à lui seul, et non le reste du groupe présent. Le sylvari n'avait pas menti, c'était bel et bien la liche qui l'intéressait et il traversa le portail. Elizabeth, Maria et Sylirne repartirent, enragées, frustrées, une fois de plus trahies.

Derrière le portail et après quelques intermédiaires Yrän rencontra enfin la liche, et tous deux eurent une longue discussion. Yrän revint et raconta à ses confrères et consoeurs ses péripéties : L'être nécrotique lui avait proposé un marché, des exigences principalement. Il leur confia que s'il était en vie c'est parce qu'il avait préféré brosser leur ennemi dans le sens du poil.

De son côté, Nimrod décida qu'il était grand temps de fouiller à même l'esprit d'Arandir qu'il retenait captif. Zéhina avait été entrainée accidentellement avec les deux hommes car elle s'était accrochée à son fiancé. Nimrod les intima de boire une mixture, et ainsi débuta un long voyage psychédélique. Tous trois se retrouvèrent dans un univers particulier, il était le fruit de leur trois esprits fusionnés  Cet univers s'illustrait comme une grande plaine luxuriante. Ils purent découvrir les plus grandes, joies, tristesses et peur les uns des autres. Une petite fille ignorée par sa mère, et un vieil homme hanté par les vagues d'une mer déchainée. Les fouilles de Nimrod furent fructueuses car en cherchant il réveilla des souvenirs inconscients que détenait Arandir. Ils y découvrait une liche imaginaire qui leur révélait que cette situation n'était pas le fruit du hasard mais qu'elle avait été pensée et créée de toute pièce, un dessein sur le long terme dans lequel chacun avait son rôle à jouer, et que Nimrod avait joué à la perfection le sien en volant le marteau à Maria et en souhaitant voir son némésis croupir devant lui.
Une fois ce voyage psychédélique terminé, de retour à la réalité et à la raison, Nimrod leur rendit leur liberté.

Suite au récent affrontement, Oreliana Irions, quant à elle était rentrée à l'Arche du Lion, elle préférait prendre le temps de réfléchir quitte à ce que cela soit long.

Neterion, ne fit plus entendrede lui après avoir été victime d'un contrôle mental qui selon lui l'avait discrédité à tout jamais. Ainsi, il préféra se tenir en retrait, faible et honteux.

Finalement le groupe d'érudits était très partagé et plus divisé que jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mar 13 Déc 2016 - 16:30

Réunis


Les érudits finirent par réaliser que divisés, leurs entreprises ne menaient nul part. Progressivement, ils prirent contact les uns avec les autres et parvinrent à mettre leurs différends de côté. Certains d’entre eux ne parvinrent pas à aller de l’avant et refusèrent de revenir, il ne resta alors plus que ceux qui en étaient capables et irréfutablement, ce fut un grand pas en avant, une bouffée d’air frais ; comme au temps du Cercle des Mages, c’était un groupe mature qui réapparaissait.

Les trois fondateurs du Cercle des Mages : Arandir Storm, Oreliana Irions et Nimrod Lovecraft se retrouvaient enfin après plusieurs années au même endroit au même moment. Le sylvari Yrän profita de ces retrouvailles afin de reconstituer le Cercle des Mages en demandant l’appui de ces derniers. Il proposait la création d’une entité organisationnelle similaire au Cercle des Mages mais qui à la différence de la précédente s’accordait un droit d’interférence.
Le sylvari eut l’appui des trois fondateurs et ainsi naquit : La Loge des Brumes.

La Loge s’avéra rapidement fonctionnelle car elle avait repris un principe fondamental du Cercle : Le respect des uns envers les autres et ce même lors de divergences d’opinion ; ce que justement les érudits avaient perdu de vue lorsqu’ils se rencontraient régulièrement de manière non officielle.
L’organisation se montra peu à peu bien ficelée, elle disposait de plusieurs rangs, sans pour autant qu’il y ait de lien hiérarchique. Ils étaient tous égaux. L’acquisition du titre de magistère était la seule chose qui créait une distinction entre les membres, cependant, ce titre n’accordait pas un pouvoir supplémentaire, il s’agissait en fait d’un élu qui se chargeait de porter la voix des membres qui constituaient leur organisation.

Ensemble, ils préparaient l’assaut final qui mettrait un terme à toutes les souffrances qu’ils avaient vécu à cause de ce que leurs mésententes avaient créé.


Dernière édition par Arandir Storm le Lun 17 Avr 2017 - 16:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amarane Ytagre
Elle a un sujet à son nom


Messages : 1706
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mar 13 Déc 2016 - 19:28

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mer 14 Déc 2016 - 9:20

Amarane Ytagre a écrit:
HRP:
 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arandir Storm

avatar


Messages : 302
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   Mer 14 Déc 2016 - 9:54

La Loge des Brumes




Cercle des Mages > Abondance Arcanis > Loge des Brumes

Le Cercles des Mages est renommé pour une énième fois et devient La Loge des Brumes, tout comme Abondance Arcanique, la Loge suit l'Histoire Vivante qui se déroulent en Tyrie en mettant en avant les personnages incarnés par les joueurs membres. Le but étant de faire vivre aventures, mésaventures, péripéties drôles, exaltantes, tristes, énervantes.

Les membres évidemment se respectent HRP mais en RP peuvent être amicaux comme infectes les uns envers les autres, s'entre-aider comme se trahir. Ce sont finalement des individus réunis par leur passion et leur profession et non pour des câlins et l'amour des licornes.

Ils ont beau être des mages, ils ne passeront pas leur temps à user de leurs pouvoirs, au contraire, beaucoup de blabla en perspective, d'énigmes, de prises de tête, des fois même des soirées entières à chercher pour réaliser les heures passer vaines, et évidemment peu d'actions, ceux qui aiment les films d'action aux milles explosions et dix minutes de conversation seront déçus.

En revanche, ceux qui apprécient les lenteurs scénaristiques volontaires, quelque chose tourné vers le psyché du personnage, ses réactions, l'impact sur son RP et les événements lui devrait être comblé ! Une façon de rendre quelque chose de tourné vers la magie de réaliste, qui a des conséquences, suffisamment mature pour accepter que l'on peut plus souvent perdre que gagner, l'important étant non pas la résolution du problème mais le fait d'avoir essayé, il est donc possible de terminer une trame sur un goût amer et sans Happy Ending, l'inverse est évidemment tout autant possible également.

Il n'y a de magique que la construction, c'est ce que propose le Cercle des Mages/Abondance Arcanique/Loge des Brumes et maintenant la Loge des Brumes.

En quoi est-ce différent de ses prédécesseurs. Et bien, en un point : La Loge des Brumes se veut comme une organisation officielle contrairement à Abondance Arcanique dont les réunions étaient informelles. Les membres d'Abondance Arcanique d'ailleurs ne pouvaient dire appartenir à "Abondance Arcanique" car le tag au dessus de leur tête n'était qu'une façon de pointer la tournure qu'avait pris les événements de l'histoire vivante. Ils pouvaient à la limite informer qu'ils étaient d'anciens membres du Cercle des Mages.

Et justement, La Loge des Brumes revient en fin de compte à ses racines, c'est-à-dire des réunions officielles. La Loge est différente cependant, car elle s'accorde le droit d'interférence, tandis que le Cercle était contre, celui-ci uniquement voué à l'étude. La Loge des Brumes introduit pour la première fois la notion de rang, notamment le magister qui est un élu des membres réunis en collège, il n'a aucun pouvoir, il porte les voix de ses électeurs. En dépit des rangs, il n'y a ainsi aucun lien hiérarchique, supériorité.

Il est possible de contacter Nimrod Lovecraftl, Oreliana Irions, Antonin Chantelieu, Yrän Le Fêlé, en jeu, ou moi-même portant le même pseudo depuis toujours.

Les péripéties vécues par les membres de la Loge des Brumes continueront d'être mises en ligne vous permettant ainsi de mieux concevoir ce que peut être cette guilde

Merci à tous.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Cercle des Mages   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Cercle des Mages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Cercle des Mages (V2)
» Le Cercle des Mages
» [Neutre] Le Premier Cercle
» Panda multi élément cercle 199 en plein coma éthilique :x
» Kwalyptus pandawa feu de Domen du Cercle 12x

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GW2 RP :: Les Essentiels :: Guildes :: Religion, mysticisme, magie-