Forum communautaire rôleplay de GW2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 déclaration publique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héloïse Volderodh

avatar


Messages : 196
Date d'inscription : 08/03/2014

MessageSujet: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 12:47

Une déclaration publique est publiée en lettre ouverte et envoyée à chaque maison noble enregistrée au recensement...
Citation :


Mes chers Pairs,

Nombreux sont ceux d'entre vous qui ont été, comme moi même, approchés par Dame Esmerone Von Maneffroy et touchée par son projet de croisade. J'ai eu vent que la maison Mapône, face à la menace que nous représentons à leurs yeux, craignait d'engager des soldats en nombre suffisant à la réalisation de cette entreprise militaire ambitieuse et nécessaire, qui requiert notre attention à tous et ne pourrait souffrir de dépendre de telles craintes. Bien que, comme chacun sait, nous n'ayons déposée aucune déclaration de guerre officielle devant le les autorités de Kryte qui justifierait la peur d'une invasion de leurs terres par nos forces,  j'ai à cœur de dissiper aux yeux de tous, au nom de ma maison, les inquiétudes qui pourraient dissuader quelque maison que ce soit de participer à l’intérêt commun, devant lequel nous ne saurions être considérés comme une entrave.

Aussi, je fais devant vous tous la déclaration solennelle, sur mon honneur, que la maison Volderodh ne déposera aucune déclaration de guerre devant le tribunal de Kryte, et par conséquent n'engagera aucune action armée, contre la maison Mapône tant que celle-ci désirera engager ses troupes sur le front Mordrem, ni contre aucune maison participant à l'effort de guerre sus-cité, si tant est que nous ne subissions nous même aucune attaque de ces maisons nécessitant une réplique.



S'il est nécessaire, comme le veut notre serment envers sa Majesté la Reine Jennah, de laisser en nos terres à tous des forces suffisantes pour leur défense face aux menaces régulières, internes principalement, que connaît le royaume, il est important que chacun puisse disposer de ses troupes lorsqu'elles peuvent être utilisées dans l’intérêt de tous.

N'ayant connaissance d'aucune déclaration de guerre officielle déposée devant les autorités de Kryte, je ne doute pas que chacun, comme nous même, se tiendra à cette rigueur, et ce n'est que par ce que notre position ne semblait pas aussi évidente qu'à nous même à certains que je prend aujourd'hui le parti de cette déclaration publique.

Puisse Kormir éclairer de sa sagesse les esprits de tous et Balthazar mener les actions communes à venir à la victoire.




Barone Héloïse C. Volderodh 




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kindred
Anarchiste
avatar


Messages : 719
Date d'inscription : 11/11/2014

MessageSujet: Re: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 12:56

La Vicomtesse Lidvine recevra le pli, piquée d'une certaine curiosité, tandis qu'elle éclatera d'un rire sinistre. Elle ajoutera ces mots devant son bureau tandis qu'elle discute avec son majordome :

" C'est une aubaine que de les savoir s'engager dedans. Non pas que je porte en estime cette Vicomtesse et ses grands airs, mais si elle pouvait mourir. Je tâcherais de m'assurer d'éliminer certaines Maisons au besoin... "

_________________


Channelle - Erudite - (Elementaliste)
Miranda - Fille du Loup - (Gardienne)
Avarosa - Mercenaire - (Envouteuse)
Cassandre - Tueuse à gage - (Voleuse)
Nizam - Entrepreneuse d'avenir - (Envouteuse)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 13:37

Une déclaration publique ne tardera à se faire suivre, jointe de la même manière.

Citation :


Mes chers pairs,

Ne vous perdez pas. Avec tout le respect que je dois aux Mesnies ayant décidées de s'engager dans ce conflit. Nous avons tous des priorités. Si vous croyez vraiment que notre refus de participer à cet effort vient d'une peur de délaisser nos terres en temps de guerre. Vous avez raison.

En effet, nous tremblons devant des forces armées qui ne cessent de croître, et de redoubler d'ardeur. Nous vivons chaque jour sous cette menace constante, et notre garde se doit de se tenir prête pour contrer leurs assauts. En effet, les Centaures et les Pirates ne sont pas des menaces que nous prenons à la légère. Et il est de notre devoir depuis toujours, de combattre ces menaces, et seulement, ces menaces. Nous amputer d'une partie de nos armées, risquerait de compromettre toute notre défense, et offrir une percée sur les terres Krytiennes à nos ennemis. Imaginez le désastre qu'il en coûterait si un Comté tombait sous le fléau, et que ses remparts servaient de bastion à l'ennemi.

Mais soyez assuré, que quand bien même, notre Garde, notre bannière, restera à défendre ses terres, et celles de ses Vassaux. Nous mesurons bien l'importance des engeances draconiques et prenons des décisions à ce sujet, afin d'aider au mieux à la lutte. Nous fournirons à notre frère et vassal, Monsieur le Baron des Vertes-Brumes, tout les moyens nécessaires afin qu'il arme et entraîne ses unités personnels et puisse se joindre à l'opposition dans les meilleurs conditions. J'en fais le serment sur mon honneur et devant Kormir, remettant à la déesse le soin de veiller sur la véracité de mes propos.

Quand à la Mesnie Volderodh. Nous sommes touchés de voir qu'ils ne nous ont oubliés. Mais je me permettrais de les reformuler. De guerre il n'y a eu pour nous. De guerre il n'y a pour nous. De guerre il n'y aura jamais pour nous. Nous n'avons jamais envisagé cette Mesnie comme une menace potentielle. Ainsi donc, soyez certains qu'aucune joute verbale ne pourrait briser la devise d'honneur de notre Maisonnée.

"Nul ne m'atteint."




*La lettre sera signée de la main de la Comtesse en personne*
Revenir en haut Aller en bas
Kvansyll Ashqarat

avatar


Messages : 144
Date d'inscription : 06/01/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 13:53


Les missives, distribuées en main propre au majordome de la maison zu Mahnenfrei, auront été lues par ce dernier à la vicomtesse. Celle-ci, encore prise par les préparatifs du congrès, se sera exprimée sans relever le regard du plan de table.

« Une bonne comme une mauvaise chose. Taire ce dysfonctionnement et cette querelle puérile aurait été de bon goût. Toutefois, un engagement public reste plus pertinent, puisque les esprits auront ce serment à leur connaissance. Le moindre faux pas...
Elvon, mon brave, un lit de fine de cognac serait le bienvenu. Je vous remercie.

— Bien, madame. Tout-de-suite, madame.
»

Tandis qu'Elvon s'éloignait, la vicomtesse marqua une pause. Redressant la tête un instant, elle se surpris à penser à voix haute.

« Il serait regrettable que leurs intérêts ne servent point les miens... Regrouper la fortune Volderodh et une part de la force de Mapône était tout d'abord compromis. Puisse Dwayna entendre une nouvelle de mes prières, et ne pas me faire reconsidérer ces participations. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Taupe
Panzertaupe
avatar


Messages : 871
Date d'inscription : 22/10/2013

MessageSujet: Re: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 18:01

La réaction d'une toute jeune noble humaine, si elle recevait par hasard la lettre en question sera de se passer le doigt sur sa langue par réflexe puis de l'ouvrir afin de jeter un coup d'oeil à l'écrit et d'appeler Jacques, son valet, et il faut le dire, un homme dont elle était plutôt proche et qu'elle nommait dès que quelqu'un avait besoin d'un conseil.
"Jacques. Viens par ici et lis ça, je te prie.
- Bien madame, silencieusement ?
- Oui, oh, et arrête de m'appeler madame, tu me donneras ton avis.
- Bien mad-..."

Il s'interrompit et leva la lettre à la lueur mourante des bougies qui se consumaient sur le chandelier les supportant pour lire d'abord les premières lignes, et cela suffit à lui faire hausse les sourcils, puis à les froncer.
Lorsqu'il releva les yeux sombres que lui avaient donnés ses parents alors qu'elle même était encore enfant, elle dit :
"Je t'écoute.
- Eh bien, vos interlocuteurs ont du cran d'insinuer même pouvoir déclarer une guerre à la noblesse. Ils osent parler de guerre à déclarer au tribunal de Kryte, si je ne me trompe, madame, la seule à pouvoir décider d'une issue quant à de telles menaces est la reine. Autre chose madame ?
- Va plus loin, je sais que tu as autre chose à dire, Jacques."

Elle croisa les doigts et posa sa tête dessus, les yeux calculateurs.
"... Madame, cette lettre parle d'engager des soldats, de troupes suffisantes pour mener une guerre, ou un conflit armé de quelque type que cela soit. Cela me paraît improbable, les mercenaires se paient en or sonnant et trébuchant, vous en savez encore une fois plus que moi ; et non en bonnes paroles. Et, remerciez-en les dragons, les raclures servant de mercenaires au royaume font monter leurs prix, grâce aux dragons. Or je connais un tant soit peu sa Majesté, et je pense que, vous en êtes en quelque sorte un exemple, il serait simplement impossible pour une maison de posséder une force armée assez puissante pour renverser une maison, ce serait, en plus d'une insulte à la reine, une menace possible pour le royaume, contentez vous donc de garder le nez tourné vers votre commerce, cela se terminera comme il se doit de l'être, je pense en avoir terminé, à moins que vous ayez encore besoin de moi. Madame.
- Si ce n'est pour un rouge coupé, je pense que tu peux retourner à tes occupations et tes comptes."

Elle ne remercierait jamais assez la nature, et non les dieux, de lui avoir donné un homme sage quoiqu'un peu tempétueux, et comptable en plus de cela. Elle tourna enfin le chef vers l'arme qui trônait sur le mur derrière elle, à l'horizontale, une longue épée retrouvée dans la raisonnable maison familiale dont elle ne se servait et ne se servirai jamais, trop fragile et inutilisable physiquement, puis vers celle posée dans le coin du pan de mur et d'un tabouret à sa droite, un mètre d'acier. Elle s'obligea à remuer les bras, les jambes puis à se lever pour aller s'armer, en vue d'un entraînement avec Jacques qui la faisait soupirer d'avance, cogitant à l'énergie qu'elle devrait y dépenser.
Revenir en haut Aller en bas
Tancrède Volderodh

avatar


Messages : 844
Date d'inscription : 15/03/2014

MessageSujet: Re: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 21:13

Tancrède était assis à son bureau, en train de feuilleter le livre qu'il avait reçu en cadeau – Les milles rêves d'une dame –  lorsqu'un homme entra. D'allure mince et le menton relevé, il arborait fièrement la livrée de la famille Volderodh quoi que Tancrède ne parvenait à se rappeler quand il avait pu engager cet homme. Surpris par la présence soudaine de l'inconnu, il se cala un peu plus dans son fauteuil, levant un sourcil circonspect.

« Qui êtes vous ? »

L'homme s'inclina comme le voulait l'usage, sa langue crachant un ton précieux qui eu pour conséquence d'irriter immédiatement Tancrède.

« Je suis Bernard, messire. Thomas étant malade, c'est moi qui ai l'honneur de le remplacer auprès de sa seigneurie. »

Tancrède jaugea l'homme de haut en bas, ouvrant de grand yeux exorbité pendant que ce pantin poursuivait de son ton guindé.

« Madame la baronne à fait parvenir un courrier aux membres de la noblesse. Si monsieur le désire je puis lui en faire la lecture. »

Tancrède demeura encore un moment silencieux devant cet espèce de chose, mi-humaine-mi serviteur, puis finit par se décider à faire un geste de main pour l'inciter à commencer la lecture, se tournant lentement vers son bureau dans un attitude rigide.
Où diable sa sœur avait-elle trouvé cet homme ?

Bernard ne se fit pas prier et, après avoir soigneusement décacheté la lettre, en commença la lecture, d'une diction soignée. Tout semblait se dérouler parfaitement lorsque l'homme s'interrompit avec surprise avant de s'octroyer le droit – l'impudent – d'ajouter un commentaire sorti, sans doute, de la propre expérience dont il se croyait investi.

« Ça alors ! » Fit-il.

Tancrède tourna lentement la tête vers lui et Bernard poursuivit, prenant peut être ce regard pour un encouragement.

« Eh bien, la baronne à du cran d'insinuer même pouvoir déclarer une guerre à la noblesse. Elle ose parler de guerre à déclarer au trib...
– Qui t'as demandé d'ouvrir ta gueule, abruti ? » Rétorqua sèchement Tancrède.
« Je... » Balbutia Bernard qui visiblement s'était attendu à pouvoir parler librement.
« C'est de ma cousine dont tu parles, espèce de fondement sur pattes ! »

L'insulte sembla clouer le bec du serviteur qui se contenta de rester béat, la lettre entre ses mains trop môles.
Tancrède en profita pour tourner sa chaise et le regarder avec insistance jusqu'à ce que l'imbécile daigne baisser les yeux.

« Bien, poursuis !»

Bernard repris sa lecture avant d'être immédiatement coupé par Tancrède.

« Pas la lecture triple chiure ! Ton explication, puisque tu as commencé ! »

Le serviteur remua la feuille entre ses mains, ne sachant vraiment si cette invitation serait la clef d'une promotion flamboyante ou la certitude d’atroces souffrances. Devant l'impatience du seigneur en face de lui, il poursuivit tremblant, jugeant qu'il était de toute façon trop engagé pour se soustraire à la situation.

« Elle... elle ose parler de guerre à déclarer au tribunal de Kryte.. » Il prit le temps de déglutir. « Si... si je ne me trompe, monsieur, la seule à pouvoir décider d'une issue quant à de telles menaces est la reine. »

Comme Tancrède le fixait, il poursuivit.

« Autre chose monsieur ?... »

Tancrède rejoignit ses mains pour se pencher sur son fauteuil sans quitter le serviteur des yeux, et prit un moment de silence, avant de daigner lui répondre avec calme.

« Pourquoi, crois tu que ma cousine enverrait une déclaration de guerre au tribunal de Kryte ? Pour qu'ils l'affichent, bien encadrée sur un mur à coté d'un portrait de ta face d’abruti ? 
– Non, bien sur, je...
– Pour qui travaille le tribunal ? » Renchérit Tancrède pour le piquet sans cervelle qui se trouvait en face de lui.
« Pour le minist... »
Voyant dans le regard de Tancrède, que celui-ci était sur le point de se lever pour lui écraser la face à coup de chandelier il se corrigea immédiatement.
« Pour la reine, bien sur !... pour la reine... 
– Et quel est son rôle ? »

Bernard prit le temps de songer à la réponse la plus exacte a donner à Tancrède ou du moins la plus proche de l'orientation que prenait la discussion.

« Il entérine les décisions de justice et tranche... au nom de sa majesté... de la validité légale d'une décision. »

Tancrède se laissa partir en arrière, soudainement, ce qui eu pour conséquence de faire sursauter Bernard, et s'enfonça un peu plus dans son fauteuil.

« Donc, analphabète demeuré à l'esprit étriqué, si seulement tu avais appris à lire et a comprendre les enjeux de ce que tu lis, plutôt que de déchiffrer bêtement les lettre qui s’alignent sous ton visage blafard, tu aurais compris que ma cousine est en train de signifier qu'elle est en mesure d'envoyer une déclaration de guerre afin que le tribunal de Kryte, donc la reine, tranche sur la validité d'un tel acte selon les circonstances ayant entraîné ou non, la pertinence d'une sanction militaire, économique ou politique contre cette maison. »

Comme Bernard demeurait silencieux Tancrède l'encouragea avec douceur.

« Va plus loin, je sais que tu as autre chose à dire, gros porc ! »

Bernard, dont le teint avait viré au pâle, sentant bien que l'hypothèse d'une promotion flamboyante s'éloignait à grand pas, se força avec prudence à poursuivre ses conseils de bas étage.

« Cette lettre parle d'engager des soldats, de... de troupes suffisantes pour mener une guerre, ou un conflit armé de quelque type que cela soit... »
Sentant qu'il y avait là une carte à jouer en touchant la corde sensible et poétique de Tancrède, à travers quelques conseil économique, Bernard repris un peu d'assurance pour jouer le tout pour le tout.
« Cela me paraît improbable, les mercenaires se paient en or sonnant et trébuchant, vous en savez encore une fois plus que moi ; et non en bonnes paroles. Et, remerciez-en les dragons, les raclures servant de mercenaires au royaume font monter leurs prix, grâce aux dragons.
– Je dois remercier les dragon ?
– Non ce n'est pas ce que j'entendais. Je voulais dir...
– Qui tu appelle « raclures » ? Les mercenaires qui se battent sur les front de Kryte ?
– Non. Bien sur que non. Je parle de ceux qui...
– Grâce aux dragons ?
– A cause !... à cause...
– Que sais tu des mercenaires ?
– Rien. Mais ils...
– Pourquoi vont ils augmenter leur prix ? »

C'était la chance de Bernard. La dessus il avait un réponse évidente qui lui permettrait de sortir de ce mauvais pas et peut être – qui sait ? – d'épater de son esprit fin, le cousin de la barone.

« A cause des dragons ! » Lâcha-t-il avec évidence. « La menace des dragons augmente la demande ce qui fait inexorablement monter le prix de l'offre. »

Comme Tancrède le regardait fixement, Bernard sentit qu'il tenait là son moment de grâce et il hocha la tête en souriant d'un air presque entendu.
Incroyable !
Tancrède hochait, à présent la tête de concert avec lui.
Ils se regardaient en souriant, semblant se congratuler l'un l'autre.

« … et les maisons nobles ne pourront donc pas se payer des mercenaires. » Murmura Tancrède et à Bernard de répondre satisfait, dans un sifflement aiguë :
« Oui ! »

Le verre de vin qui fendit l'air vers lui se brisa non loin de sa tête contre le mur et lui fit perdre aussitôt son sourire, alors que Tancrède se levait pour rugir.

« Si la demande est trop chère pour les fortunes de Tyrie, à qui vont s'offrir tes mercenaires, sombre crétin ?! Qui va les nourrir ?! Ils vont crever de faim parce qu'un serviteur ayant tiré ses leçons d'économie de romans pour adolescentes attardées, leur à soufflé la bonne idée d'augmenter leur prix de façon a ce qu'ils ne puissent plus être engagés ?!! »

Tancrède se leva pour venir saisir la tête du serviteur et la plaquer contre le mur pour lui hurler à l'oreille.

« Si la demande dépend de l'offre, l'offre dépend aussi de la demande ! C'est un cercle aux rouages multiples qui a pour vocation de s’alimenter par un équilibre autrement plus complexe que ce que peut cracher ton infecte salive de paysan demeuré !!! Ce qui vivent par l'argent, dépendent de l'argent ! Et qui contrôle l'argent ?!! Qui le frappe ?!! Qui l'alimente ?! Qui le distribue ?! Ou irons tes mercenaires, Bernard, le futé, quand le monde aura été détruit par les dragons ?! Ils irons cultiver des racines ?! Heureusement que ces raclures, comme tu les appellent, sont autrement plus intelligent que toi et tes conseils de gamine pré-pubère ! »

Jetant le serviteur à terre, Tancrède tenta sans succès de se calmer.

« Mais... » Geignit le malheureux au sol « ...mais il serait simplement impossible pour une maison de posséder une force armée assez puissante pour renverser une maison, ce serait, en plus d'une insulte à la rei... »

Tancrède se retourna pour envoyer un coup de pied dans le ventre mou du trublion.

« Et ça ! C'est renversant ?!! »

Bernard poussa un cri strident alors que Tancrède le saisissait par les cheveux pour relever sa tête, rugissant à sa face.

« Sais tu pourquoi je suis là, à te battre pendant que tu rampe sur le sol ?! Parce que je suis noble et que ce privilège m'offre assez de fortune et de protection pour pouvoir te traiter comme la sous-merde que tu es ! Penses-tu un seul instant qu'un noble soit assez demeuré pour faire vaciller le système qui lui offre le privilège de claquer ta tête de mangeur de pomme de terre ?!
– Noooooooon... » lâcha Bernard dans un sanglot.
« Vous autres, qui rampez sur le sol pour quelques bout de pain, êtes une race pathétique et vous partagez en commun la stupidité crasse qui vous maintient au bas de l'échelle humaine ! »
– Ouiiiiiiiiiii....
– Yolanda est une comtesse de Kryte !!
– Ouiiiiiiiiii....
– Ta mère, elle, était une catin qui se donne a qui veut la prendre !
– Ouiiiiiiiiii...
– Si je fais la guerre contre Yolanda c'est pour la voir perdre et s'incliner ! Certainement pas pour détruire sa maison ! Elle est noble !!! Toi non !!! Et crois moi, Bernard le futé, dans vingt ans, quelle que soit l'issue de ce qui m'oppose à elle, Yolanda sera toujours là à boire son vin et te prendre ton argent pendant que je te ravagerai jusqu'au fondement !! Car je tuerais volontiers un millier des tiens plutôt qu'une seule des miennes ! »

Lâchant la chose qui avait eu l'audace de le conseiller, il marcha vers son bureau pour se saisir d'un des nombreux pistolet qui trônait sur celui-ci puis, armant le chien, il pointa le canon vers le pauvre serviteur pour lui répondre calmement.

« Rentre-toi bien dans la tête, une bonne fois pour toute, que nous sommes, malgré nos conflits, et serons toujours, une race différente de la tienne avec une logique que toi et les tiens ne comprendrez jamais. Nous sommes des seigneurs de kryte ! »

Terminant ses mots et sans prêter attention aux hurlement terrifiés du serviteur, il pressa calmement la détente pour lui faire voler la tête.
Au lieu de sa, un simple déclic se fit entendre et Tancrède regarda son arme pour constater avec déception qu'elle n'était pas chargée.
Voilà que toute la beauté de sa mise en scène était fichue en l'air.
Il poussa un bref soupir agacé et reposa l'arme sur le bureau avant de se tourner vers Bernard qui sanglotait à terre.

« Bien... Je suppose que tu es viré. »

Et comme le serviteur tentait de rassembler ses dernières forces pour se relever et prendre la fuite il ajouta :

« Tu peux toujours aller te faire engager par une gamine de dix ans qui acceptera tes conseils ! Et puisque tu semble te prévaloir d'enseigner ce que tu ne comprends pas, tu pourras aussi en profiter pour lui donner des cours d'escrime ! »

Le serviteur ayant disparu, il murmura pour lui même.

« Péquenaud ! »

Reprenant place à son bureau, il poursuivit calmement sa lecture des « milles rêves d'une dame »


Revenir en haut Aller en bas
Kzatt

avatar


Messages : 849
Date d'inscription : 29/07/2013

MessageSujet: Re: déclaration publique   Mar 20 Jan 2015 - 23:22

Spoiler:
 

_________________
Kzatt:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tom Taee

avatar


Messages : 785
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 16

MessageSujet: Re: déclaration publique   Jeu 22 Jan 2015 - 17:03

Le Comte Tom Taee de Tyrion lis cette lettre avec attention et soupiras...

Comme si nous avions pas assez de problème aujourd'hui... *tourne son regard vers son garde du corps a quelques mètres de lui* Nous avons envoiler des troupes sur le front mais nous en avons aussi garder pour protéger Marchebrume et Vilivila, nous avons rien a craindre.

_________________
    bowd


Je suis...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Armaggion



Messages : 531
Date d'inscription : 27/09/2012

MessageSujet: Re: déclaration publique   Ven 23 Jan 2015 - 13:59

Talisman parcourut avant toute l'attention requise les deux documents consécutifs, ne manquant pas de les rapprocher, puis les classa avec la conviction que ce genre d'agitation risquait fort de jouer aux dépends des intéressés si la Reine finissait par s'émouvoir de tant d'énergie dépensée à des luttes intestines plutôt qu'au service de son peuple.

Et c'est bien à ça qu'elle s'intéressait le plus, laissant à d'autres ces petits jeux de pouvoir fort peu ragoutants.

_________________
Aelwenn "Talisman" de Coursic | Emrys Wyrmalion | Endherion Wingolth
"Râlons moins, jouons plus !"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: déclaration publique   

Revenir en haut Aller en bas
 

déclaration publique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vis à vis de -> Déclaration de guerre contre la Ligue
» Déclaration de variables dans le script header
» Arrivée de l'Ambassadeur de la République de Sienne
» République Populaire d'Hyrule.
» Configurer un serveur publique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GW2 RP :: Organisations & Guildes :: Kryte :: Les Nobles-