Forum communautaire rôleplay de GW2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Pendant ce temps-là, au quartier général...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan Vorlis

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 22/09/2013

MessageSujet: Pendant ce temps-là, au quartier général...   Dim 30 Aoû 2015 - 2:02

Le Séraphin entra dans le grand hall. Il ne retira cette fois pas son casque et s'avança d'un pas martial vers le bureau central, son armure déjà patinée par ses quelques années de service accrochant les rayons de lune qui traversaient l'immense coupole de verre.

« Capitaine Thackeray. »

Portant son poing serré à son plastron, le menton haut, il salua son supérieur. Celui-ci leva vers lui ses yeux noisette et esquissa un bref sourire avant de le saluer à son tour. L'un comme l'autre avaient tendance à se trouver au beau milieu du quartier général bien après minuit, et malgré toutes les remontrances que le commandant Vorlis avait essuyé ces derniers temps, la similarité de leur travail avait fini par créer des liens; après tout, l'un était né PNJ et l'autre était utilisé de la même façon par les Séraphins. Leur dernière dispute en date remontait à quelques semaines, lorsque l'un de ses lieutenants avait brandi son nom avec l'espoir que cela suffirait pour justifier une opposition aux directives des autres ordres militaires, s'attirant par là la colère de son supérieur... et celle du capitaine au commandant. Elle avait été particulièrement violente; Morgan avait réalisé ce soir-là que bien des choses lui échappaient, et pas seulement les rapports qu'il aurait dû recevoir et qui s'égaraient mystérieusement dans les couloirs, entre le bureau de ses lieutenants et le sien. Preuve en était la lettre de réponse à un obscur fournisseur signée de son nom, réponse à un courrier qu'il n'avait jamais reçu.
Il déposa sur le bureau une liasse de papiers qu'il fit glisser vers le capitaine.

« La Lame Brillante a sollicité la permission de mener une enquête sur le lieutenant Hogan. Je leur ai donné mon accord, capitaine, bien qu'il s'agisse d'une permission de pure forme. Notre mission étant de rétablir l'ordre public et non de le troubler plus encore, je suis d'avis que celui-ci devrait être envoyé au front. »

« Si vous ne vous teniez pas éloigné de toutes les têtes connues de cette ville, commandant, et que vous appreniez à vos hommes à se tenir correctement, cette question serait déjà réglée. »

« Ce ne sont pas mes hommes, capitaine, bien qu'il en aille de ma responsabilité. Les soldats de la 1° SGR et la section Aile d'Acier sont les hommes de leurs lieutenants. Par les temps qui courent, je suis dans l'impossibilité de les former comme il se doit à accomplir leur travail au mieux, ainsi que m'assurer que l'honneur de notre ordre soit sauf. Vous savez parfaitement que je ne suis pas un meneur d'hommes. Je ne suis qu'un gratte-papier efficace, un bon soldat, et j'ai eu l'honneur de pouvoir donner suffisamment de temps pour traiter avec les gens mécontentés par les actions des hommes sous ma responsabilité. Ce n'est pas de cela qu'ils ont besoin. Ils doivent savoir que vous êtes avec eux, pas moi. »

Morgan souleva doucement le parchemin pour dévoiler les autres.

« Voilà les papiers autorisant le lieutenant Callard et le lieutenant Hogan à fonder leurs propres compagnies, ainsi que ma réaffection à la tête de la Main de Kormir. Ils n'attendent que votre validation. Si vous acceptez la dissolution de la compagnie Serres d'Argent, je les rejoindrais d'ici trois jours. »

« Et dans le cas contraire, commandant ? »

Morgan s'autorisa à laisser un sourire las étirer ses lèvres.

« Dans le cas contraire, capitaine, je me verrais obligé de quitter la garde ou de prendre des mesures contre le lieutenant Hogan. Cet homme est avec le temps devenu ce que feu le capitaine Drogam représentait. L'orgueil, les magouilles, la corruption et la honte de notre armée. J'aime à croire cependant qu'il sera apaisé de ne plus savoir un homme jeune comme moi au-dessus de lui, et qu'il sera rassuré d'obtenir le contrôle de sa propre compagnie, même s'il est encore incapable de voir qu'il l'a déjà. Si ce n'est pas le cas, je suis certain que vous serez capable de le remettre dans le droit chemin, capitaine.
Si je puis me permettre, capitaine, » ajouta Morgan en se permettant, comme à son habitude, « un titre intérmédiaire entre le grade de capitaine et celui de lieutenant est une responsabilité que tous ne mesurent pas et qui attise les convoitises, même s'il ne s'agit que d'un honneur et non d'un grade à proprement parler. »



~



Lorsque le commandant Vorlis pénétra dans son bureau avec les premières lueurs de l'aube, ses yeux trouvèrent immédiatement les parchemins scellés par un cachet de cire rouge que l'on avait déposé bien en vue. Il les consulta rapidement. Le premier annonçait la dissolution de la compagnie Serres d'Argent comme il l'avait demandé. Le second le délivrait de sa fonction temporaire de commandant; le troisième, quant à lui, contenait ses nouvelles directives, posé contre celui destiné au sergent Hautelance.
Il sourit en se passant l'index sur la lèvre supérieure. La discussion avait été âpre et il n'avait pu dormir que quelques heures, mais il avait conscience des enjeux de la situation. Pour réticent que Logan Thackeray ait été à l'envoyer sur le front, les deux hommes étaient conscients de l'obstination frisant la stupidité de Morgan, et éloigner celui-ci du Promontoire Divin restait une mesure qui porterait moins à conséquence qu'un nouveau départ de la garde. Quant à Kelen Hogan...
Morgan poussa un soupir en adressant une prière muette à Dwayna, celle de préserver les Séraphins et les citoyens du Promontoire. Oui, en des temps pareils, mieux valait un mauvais Séraphin que pas de Séraphins du tout. Et au moins était-il certain de ne plus voir son nom justifier des exactions en porte-à-faux avec la Loi.
Il alla récupérer son armure dans son casier, son regard seul exprimant la joie simple de retrouver une vie simple elle aussi, loin des conflits d'intérêt, d'influence et des jeux de pouvoir. Et puis, après tout, il avait toujours trouvé le titre de "commandant" pompeux.





HRP:
 




Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Wondermoor
Chevalier du Swag
avatar


Messages : 724
Date d'inscription : 29/03/2014
Age : 20

MessageSujet: Pendant ce temps là au Quartier Général Séraphin - 2   Dim 30 Aoû 2015 - 2:13

Kelen aura haussé les épaules, se disant que le Capitaine Thackeray avait peut-être matière plus importante à gérer au front que les ingérances de la Lame Brillante.

_________________
Naïri Assaad.
Lloyd Wondermoor.
Kelen Hogan.


Dernière édition par Lloyd Wondermoor le Dim 30 Aoû 2015 - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gavriel/Wolf /Aerys.

avatar


Messages : 285
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Pendant ce temps-là, au quartier général...   Dim 30 Aoû 2015 - 2:14

Wolf aura rit, en tapant du coude avec Takou.
"Alors ma couille, tu lui as dis que Kelen etait pédé ?"
"Oui et il a tout gobé".

Fin.


Wolf ne pense pas qu'un capitaine prendrait part à un conflit pour insulter un lieutenant qui n'a fait du mal que du point de vu hrp d'un joueur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ywain Hautelance

avatar


Messages : 1612
Date d'inscription : 29/04/2012

MessageSujet: Re: Pendant ce temps-là, au quartier général...   Dim 30 Aoû 2015 - 3:20


« Vous avez fait quoi...? »
La courbe parfaite du dos d'Ywain s'était immobilisée en plein geste tandis que son visage angélique se tournait vers Morgan, ses yeux bleus luisants dans la pénombre. L'arrondi de son bras que prolongeait une théière de laiton menaçait de plier, et Ywain, se rappelant à son devoir d'hôte, acheva de servir les tasses avant d'en apporter une à Morgan en mains propres, sans se soucier de la brûlure.

On profitait dans le jardin des derniers rayons du soleil d'été. Quelque part depuis la roseraie, parvenaient les gazouillis émerveillés d'Hayda qui découvrait les fleurs, la sensation de ses petits pieds nus et potelés sur la terre laissée humide par un arrosage récent et les murmures de la nurse qui lui nommait l'insecte qu'elle avait certainement ramassé lorsqu'elle avait maladroitement trébuché sur ses jambes courtaudes de bambin.
La chaise en fer forgé paraissait ployer sous la masse de Morgan. Ywain savait que son impression était erronée, parce qu'il avait tout particulièrement fait renforcer le délicat mobilier d'été, passée la première mauvaise surprise et une jolie chemise couleur framboise souillée de vilaines taches d'herbe et réduite après la chute à l'état de chiffon. Morgan lui prit la tasse des doigts et effleura tendrement du revers du pouce la main qui flâna un instant à sa portée. Son époux revint s'asseoir en face, de l'autre côté de la petite table ronde où il s'accouda, s'avachit même, à la manière des paysans. Morgan déglutit précipitamment en l'imputant au thé qu'il venait de boire trop chaud. Ce geste rappelait, sans toutefois le valoir sur l'échelle de la luxure, celui qu'Ywain avait quand il retournait une chaise pour s'y asseoir à califourchon avant de croiser familièrement ses bras sur le dossier.

« Monsieur Vorlis, sur le plan légal ces documents n'ont aucune valeur.
- Je le sais.
- Leurs compagnies leur ont toujours appartenu.
- Je le sais.
- Vous n'étiez qu'un coordinateur destiné à permettre un travail efficace entre les compagnies et, peut-être, de temps à autres, à essuyer les plâtres quand quelqu'un venait se plaindre.
- Je le sais.
- Dans ce cas...
- ...Ne pouvez-vous admettre, l'interrompit Morgan contre son habitude, que certains hommes n'ont pas conscience d'être libres et qu'ils ont besoin qu'on leur mette un papier sous le nez pour qu'ils en soient bien certains ? »

Il y eut un long silence d'étude. Ywain ne prenait jamais une question à la légère, aussi sotte soit-elle. Il finit par répondre comme au terme d'une conclusion complexe : « Non. »

Ywain songeait en silence, le visage tourné vers les gazouillis qui s'étaient mués en petits sanglots de fatigue, les sens en éveil tels que seuls des jeunes parents pouvaient en concevoir tandis que Morgan étudiait dans une rêverie aux nuances rouges le dessin parfait de son profil.

« Et au final, quel était le problème ? » finit-il par demander alors que les pleurs cessaient et que les pas lourds de la nourrice revenaient dans leur direction.
« Je n'en sais rien, monsieur Hautelance. Je ne veux pas savoir. »

_________________
« Répands sur nous le feu de Ta grâce puissante ; Que tout l'enfer fuie au son de Ta voix ; Dissipe le sommeil d'une âme languissante Qui la conduit à l'oubli de Tes lois! »
~Ywain Hautelance~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pendant ce temps-là, au quartier général...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pendant ce temps-là, au quartier général...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pendant ce temps à Orgrimmar...
» Pendant ce temps là, à Vera Cruz ...
» pendant ce temps là, en ville...
» Et pendant ce temps chez l'ami Casus
» Et pendant ce temps là, à Ankama Studios (post de jol)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
GW2 RP :: Organisations & Guildes :: Kryte :: Ordres Militaires de Kryte :: Séraphins :: Bureau des affaires civiles-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet