Forum communautaire rôleplay de GW2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les incongrues de Théophile Deray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carm'

avatar


Messages : 67
Date d'inscription : 14/01/2016

MessageSujet: Les incongrues de Théophile Deray   Mer 8 Juin 2016 - 1:12

Fantastique écrivain, Théophile Deray illumine votre vie et vous rend les dents blanches grâce à ces reportages parfaitement véridiques.

CMM-5.

Cette semaine, notre équipe s’est rendue au Promontoire Divin où une sourde menace gronde. Vous vous dites « encore ?! » ? Alors dans ce cas, veillez à lire l’article suivant et consultez un médecin.
Nombre de braves citoyens ce mois-ci ont vu leur quotidien bouleversé dans leurs plus banales habitudes par les actions d’une nouvelle organisation.
Depuis quelques semaines, le Club des Ménagères de Moins de 50 ans sévit en ville et paralyse les marchés quotidiens. Tout ceci vous semble obscur ? Voici quelques éclaircissements collectés par notre équipe.

Les Ménagères de Moins de 50 ans se revendiquent comme le pilier de la société : lavage du linge, nettoyage de la vaisselle, serpillère, autant de tâches qu’elles accomplissent dans l’ombre et qui pourtant, sont indispensables à notre société. Mais voilà, ce temps-là est révolu.
Elles revendiquent désormais une reconnaissance accrue, estimant qu’elles ont autant de valeur que les héros pourfendeurs de dragon : n’est-ce pas grâce à elles que l’armure de Logan est resplendissante ? Que seraient nos héros sans vêtements propres, des nobles dinant dans des assiettes sales, et nos palais sans un sol propre ? Des arguments chocs qui invitent à la réflexion.

Toutefois, le temps n’est pas la réflexion mais à l’action selon elles. Se réunissant dans un lieu que nous n’avons pas pu localiser, elles affichent toute une série de règles pour les rejoindre :
Règle numéro un : Il est interdit de parler du Club des Ménagères ;
Règle numéro deux : Il est interdit de parler du Club des Ménagères ;
Règle numéro trois : Si quelqu'un dit rincez ou séchez, la vaisselle s’arrête ;
Règle numéro quatre : Seulement deux doses de lessives par panier de linge ;
Règle numéro cinq : Un passage de serpillère à la fois, pour ne pas marcher dans le mouillé ;
Règle numéro six : Pas de chemise non repassée, pas de chaussures sans patin ;
Règle numéro sept : Le séchage du linge dure aussi longtemps qu'il doit durer ;
Règle numéro huit : Si c'est votre premier soir au Club des Ménagères, vous devez faire le diner.

Il va sans dire que ces règles ne sont pas des plus simples à appliquer pour nous autres gens habitués au confort des pantoufles fraichement lavées. Mais revenons à la présente menace.
Car en effet, il s’agit bien d’une menace de taille puisque plusieurs centres névralgiques de la cité ont d’hors et déjà été victimes de leur actions. Le QG Séraphin a notamment été entouré d’une zone mouillée à la serpillère : hors, respectant leur devoir, les Séraphins n’ont eu d’autre choix que d’attendre le séchage complet pour ne pas laisser d’empreintes sur le sol propre.

Profitant de la paralysie momentanée des Séraphins, les ménagères ont aussitôt empêché la livraison des petits fours à la villa du ministre Wi, provoquant une vague de panique chez les nobles. Le marché aux produits fermiers étant également sujet à la panique face à une totale pénurie de vaisselle propre habituellement utilisée pour les dégustations.
Tout ceci n’est hélas, que le début de la crise à venir car le Club des Ménagères de Moins de 50 ans promet de confisquer prochainement la totalité des chaussettes gauche, nous laissant ainsi dépareillé. Laissons le mot de la fin au sergent Philipe-André Blind "Écoutez, laissez les Séraphins faire leur travail, dès que nous aurons de plus amples informations croyez bien que vous en serez les premiers informés."


Le Fungus Delirius.

Une fois n’est pas coutume, notre équipe s’est une nouvelle fois rendue au Promontoire Divin où la communauté médicale a tiré la sonnette d’alarme. Alertés par une série de symptômes similaires, les médecins ont décidé de lancer une campagne de vigilance sanitaire envers le coupable : un champignon.
Reprenons l’histoire au début. Revenant victorieuse de Maguuma, l’armée du Pacte a vu ses courageux soldats réintégrer avec un certain soulagement leur cher foyer dont ils ont défendu la moindre parcelle de leur vie.

C’est avec horreur que Jean-Claude Baier, médecin autodidacte et fournisseur en médicaments bon marchés, s’est aperçu que la victoire n’était pas la seule chose que ses braves gens ramenaient de Maguuma. Il témoigne : "Les symptômes sont fulgurants. Heureusement j’ai immédiatement pallié au problème en testant une nouvelle série de médicaments expérimentaux sans danger. En vente dans toute les bonnes apothicaireries pour une somme modique."

C’est avec empressement que votre journaliste préféré a aussitôt acheté la totalité des produits afin de rédiger cet article en toute sérénité. Pas d’inquiétude donc. Et de toute façon, je suis payé à la ligne. Vous voyez ? Grâce à ce que vous venez de lire, je viens de gagner plus que votre salaire du mois, bande de tocards. Bref. Excusez-moi.

Fungus Delirius. C’est ainsi que les Itzels appellent ce terrifiant champignon issu de Maguuma, dont les spores une fois relâchés dans l’air provoquent des symptômes non moins terrifiants. Ce sont des spectaculaires hallucinations entrecoupées de crise d’hystérie que subissent les malades. Toutefois, les cas semblent être limités à une certaine tranche de population, à savoir les jeunes de quinze à vingt-cinq ans, et notamment les homosexuels.
Selon nos sources médicales non-confirmées, les spores se diffusent nettement plus vite et de façon surprenante durant les rapports sexuels, notamment via les secrétions vaginales. On a le droit d’écrire ça dans un journal tout public ? Peu importe, c’est plus vendeur. Oui, je pense en écrivant, mais rappelez-vous comment je suis payé. Bref. Excusez-moi.

Les autorités sanitaires sont formelles : le malade est persuadé de voir les meurtres et les complots les plus sordides se tramer au Promontoire Divin. Bon nombre de jeunes gens ont été mis à l’isolement par la prompte réaction des Séraphins, la plupart étant persuadées d’avoir commis les pires atrocités.
Certains ont été jusqu’à être convaincu de retour de personnage tristement connus pour leurs méfaits ou même encore été imaginer de sinistres bande de tueurs dans la moindre ruelle. Les hallucinations sont tellement réelles que chaque victime reste profondément convaincu du fantasme, et ce, même plusieurs semaines après élimination des spores.

Du côté des Séraphins on relativise : ce n’est certes pas quelques jeunes ayant consommé des champignons qui feront peur à ces soldats expérimentés. Le caporal Herbert-René nous confie "Moi je trouve ça rigolo, hier une jeune femme presque dénudée s’est jetée sur moi, persuadée qu’elle était une ex-Veilleuse reconverti en tueuse à gage. J’ai été obligé de l’immobiliser et de la fouiller, un plaisir de servir la couronne dans ce genre de cas !"
Heureusement, ou malheureusement pour notre cher caporal, les autorités sanitaires semblent avoir trouvé rapidement le point faible de cette épidémie. En effet, il s’avère qu’une vigoureuse gifle assénée au malade permet d’expulser les spores coupables de son état. Le Promontoire Divin n’a pas fini de résonner.
Revenir en haut Aller en bas
 

Les incongrues de Théophile Deray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Presentation Theophile
» [Baronnie RR] Bridoré
» vos répliques de cinéma cultes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GW2 RP :: Organisations & Guildes :: Tyrie :: Le Rapporteur :: Numéro IV - Juin 2016-